Dans « 20 Minutes », Thomas a voix au chapitre

— 

Ce roman atypique, doté d'une belle qualité d'écriture et de beaucoup d'humour, 20 Minutes a choisi d'en accompagner la sortie. Vous retrouverez chaque jour le début d'un chapitre de Thomas Drimm, la fin du monde tombe un jeudi. Le nouveau livre de Didier van Cauwelaert sort aussi un jeudi : le 1er octobre. Mais pour vous, la fin du monde commence aujourd'hui.

T homas Drimm, 13 ans moins le quart, ado en surpoids dans un monde « parfait », vient de tuer accidentellement un homme avec son cerf-volant.

« Ma mère se lève d'un bond, retirant ses doigts de la main du type assis près d'elle. Je le connais : c'est Anthony Burle, l'inspecteur de la Moralité envoyé par le ministère du Hasard. Il vient tous les mois contrôler si ma mère fait bien son travail, si elle console avec succès les gros gagnants, s'ils arrivent grâce à elle à surmonter le choc terrible d'être devenus riches d'un coup, enviés par tout le monde, et s'ils vont se montrer à la hauteur de leur destin. C'est ça, la moralité. Un gagnant qui fait la gueule ou qui se ronge les ongles à la télé, c'est mauvais pour l'image du bonheur par la chance, qui doit faire rêver toute la population.

- On frappe avant d'entrer ! glapit ma mère en me fusillant du regard.

- Nous parlions de toi, justement, grimace l'inspecteur en tournant vers moi sa face de faux cul aux dents neuves. Ta maman m'expliquait ton problème.

Je soutiens son regard, épouvanté. Je me tourne vers ma mère. Ce n'est pas possible, elle n'a pas pu me voir noyer le cadavre : la fenêtre du bureau donne sur une cour intérieure ! J'éclate en sanglots, pitoyable, incapable de résister plus longtemps à la pression nerveuse.

- Qu'est-ce que je vous disais, soupire ma mère. Regardez dans quel état ça le met.

L'inspecteur pose une main poisseuse sur ma joue.

- Ne t'inquiète pas, mon garçon, ce n'est qu'une question d'hormones. Tu deviens un petit homme : il faut rééquilibrer ton métabolisme, c'est tout. J'ai dit à ta maman d'appeler de ma part le Dr Macrosi, c'est le plus grand des pédonutritionnistes. Moi-même, il a remis mes enfants dans la norme pondérale : à deux, ils ont perdu quarante kilos en trois semaines, dans un camp de dénutrition. Le ministère prendra ta cure en charge.

- Dis merci, s'empresse ma mère.

- Y a pas de quoi, je réponds malgré moi.

Silence de glace.

- Il a de la personnalité, ce gamin, déclare gravement Anthony Burle comme s'il parlait d'une maladie.

- C'est la surcharge pondérale, explique aussitôt ma mère. Il est mal dans sa peau, alors il agresse. Présente immédiatement tes excuses à M. Burle, Thomas!

Pour ne pas aggraver mon cas, je me retourne vers l'autre blaireau et je lui présente mes excuses.

- Enchanté, répond-il, puis il regarde ma mère en gloussant : Eh oui, moi aussi, j'ai de l'humour.

Elle le félicite. Il reboutonne sa veste et ramasse son cartable.

- Au revoir, madame Drimm, et au plaisir.

- Mes respects, monsieur l'inspecteur, et encore merci pour tout, s'incline ma mère avec un sourire suave.

Dès que la porte s'est refermée, elle me balance une baffe qui me dévisse la tête. »