Mano en avait marre d'évoluer en Solo

— 

Vaille que vaille, Mano Solo trace son sillon. Son nouvel album, Rentrer au port, ne décevra pas les adeptes de sa poésie urbaine. « J'ai commencé ce disque à reculons parce que je vivais la fin d'une histoire d'amour, raconte le chanteur. J'étais triste, mais je n'avais plus envie d'histoires tristes. J'en avais marre de ce personnage de Mano Solo. » Voilà pourquoi il travaille avec le même groupe de trois musiciens depuis deux albums. « On s'éclate parce qu'une vraie symbiose est née entre nous. » Et ça s'entend. Moins de pathos, plus de musique. Mano Solo, toujours, mais en mieux. « Je crois que je fais des progrès... Mes chansons sont moins adolescentes. Ça m'a plu à une époque ce côté Céline, avec que des phrases qui donnent envie de se flinguer. Maintenant, je laisse plus de place à la musicalité. » Bien sûr, Mano Solo raconte encore des histoires d'amour qui ne coulent pas de source, mais il dit aussi la joie, nichée même au creux du désespoir. « Ma vie a changé, je suis souvent heureux. J'ai bientôt 50 ans, c'est mortel ! J'aurai jamais pensé arriver jusque-là. » W

B. C.