récits désenchantés

Olivier Mimran

— 

Dans
Dans — R. CRUMB

Figure emblématique de la contre-culture made in USA, Harvey Pekar avait pourtant tout du loser. Mais ce type quelconque a eu, après sa rencontre avec le jeune Robert Crumb au début des années 1960, une idée de génie : celle de raconter sa vie en BD ! Et comme ce fils d'immigrés polonais de Cleveland était une bille en dessin, il confia d'abord la réalisation de ses récits autobiographiques à des artistes émergents - parmi lesquels Crumb, naturellement.

Le succès grandissant, des dessinateurs plus réputés participeront à l'aventure (Hunt Emerson, Richard Corben, Jim Woodring,...). Créée et auto publiée à partir de 1976, la série « American Splendor » - dont le premier tome d'une anthologie sort en français aux Editions çà & là - décrit le quotidien de la middle class américaine à travers l'expérience personnelle de l'auteur, alors archiviste dans un hôpital. Fort en gueule, maniaco-dépressif, le colérique Pekar y raconte, entre autres, sa passion dévorante pour les vinyles de jazz. Il rend surtout compte, à travers ses rencontres sans relief et ses tranches de vie désabusées, de l'état de désenchantement dans lequel s'enlisent les USA de l'après-Vietnam... En plus d'avoir influencé toute une génération d'auteurs anglo-saxons, l'impertinent « American Splendor » a une indéniable valeur documentaire. W