Mickaël Furnon: «Exit les restes rock de ma jeunesse!»

MUSIQUE Il sort un nouvel album «La Grande Evasion»...

— 

 Mickael Furnon des Mickey 3D en concert aux Trois Baudets, le 10 février 2009.
 Mickael Furnon des Mickey 3D en concert aux Trois Baudets, le 10 février 2009. — DUPUY FLORENT/SIPA

Qu'est-ce qui vous a poussé à reformer un groupe pour sortir ce nouvel album La Grande Evasion, après vous être séparé de vos musiciens à la fin de l'année dernière?

J'ai fréquenté les mêmes personnes pendant dix ans. On n'avait plus d'affinités. J'ai donc eu envie de faire appel à d'autres. L'album sonne comme du ­Mickey 3D, mais fait avec d'autres, d'où le [3D], pour montrer que le groupe avait changé.

C'est quoi «La Grande Evasion»?

Une autre manière d'écrire. Besoin de prendre l'air et de m'éloigner de mes thématiques sociales. J'ai voulu raconter de petites histoires : mélanger fictions et anecdotes autobiographiques. J'ai eu besoin de sortir de moi. Ça fait du bien.

Qu'est-ce qui a influencé ce disque résolument pop?

Exit les restes rock de ma jeunesse! J'ai eu un déclic en écoutant les MGMT, ces New-Yorkais de vingt balais qui ont assimilé la culture musicale des cent dernières années. Ils m'ont donné envie de ressortir mes claviers. Je me sens proche de cette génération. Ils m'ont apporté la fraîcheur de mes années 1980.

Comment avez-vous composé l'album?

Nu... Non, en vrai je peux partir d'une phrase, d'un mot, d'une mélodie. Il n'y a pas de recette. J'écris depuis vingt ans et je ne me lasserai jamais de cette liberté qu'on a dans l'écriture. Trois titres ont aussi été co-écrits avec Najah, l'accordéoniste de mon ancien groupe, avec qui je suis resté ami.

Cet album est plus intime que les précédents. Vous vous êtes lâché...

C'est vrai. Mais il y a aussi des jeux trompeurs. 1988 est une chanson qui parle de mes 18 ans, tout comme Playmobil parle de mon enfance. Yula ou La Fille du cannibale sont des fictions loufoques.

Des projets solo?

Non. Je suis centré sur la tournée de cet automne. Après deux ans d'écriture et de prise de tête, l'album est fini, je ne m'en occupe plus. L'essentiel pour moi, c'est de faire de bons concerts et une belle tournée.

Propos recueillis par Clémence Millet

Ci dessous, un extrait du concert de l'Alhambra


Ecoutez sur Wormee