Les quatre premiers romans que « 20 minutes » vous recommande Un deuil tout en douceur

— 

Raconter un deuil fait souvent des livres lourds, poisseux, à l'émotion facile. Dans Nos bonheurs fragiles, Laurent Fialaix se jette pourtant tête baissée dans l'exercice pour décrire la mort violente et inopinée de son compagnon, et la vie qui vient après. La simplicité, la sincérité de ce texte qui ne triche pas confinent à la grâce. Pas de leçons ni de larmoiements. Juste la douleur, brute, et l'énergie vitale nécessaire à se désengluer. Le narrateur compte les mois, garde les messages du répondeur, pèse le passé, tente l'avenir et donne le change. Une confession totalement impudique découverte ligne après ligne dans une mise en page harmonieuse qui ressemble à un recueil de poèmes : l'objet livre et le texte se fondent dans un même projet. W