Frank McCourt est mort

DISPARITION Lauréat d'un prix Pulitzer, il a vendu des millions d'exemplaires des «Cendres d'Angela»...

AA avec agence

— 

Frank McCourt en novembre 2005
Frank McCourt en novembre 2005 — Mike Segar / Reuters

L'écrivain américano-irlandais Frank McCourt est décédé à New York à l'âge de 78 ans, a annoncé dimanche le quotidien «New York Times».

L’auteur du livre «Les cendres d'Angela», récit de son enfance miséreuse dans l'Irlande des années 30 qui lui valut le Prix Pulitzer en 1997, est décédé d'un «mélanome métastatique», selon le journal. En clair, d'un cancer.

Phénomène littéraire

«Les cendres d'Angela» est le symbole du livre devenu phénomène: vendu à cinq millions d'exemplaires aux Etats-Unis et traduit en 24 langues, il a même inspiré un film du même nom, réalisé en 1999 par Alan Parker.

Dans «Les cendres d'Angela», McCourt, qui avait 66 ans au moment de son écriture, raconte avec drôlerie et verve une enfance très pauvre, marquée par la malnutrition et les rats, dans la ville irlandaise de Limerick, entre un père alcoolique qui finira par abandonner sa famille et une mère contrainte de mendier pour nourrir avec difficulté ses enfants.

C’est peu ou prou l’histoire de McCourt. Celui-ci est en effet né en 1930 à Brooklyn, un quartier de New York, dans une famille nombreuse irlandaise catholique. Ses parents, privés de travail par la Grande dépression, retournent en Irlande en 1934, mais leur situation empire. «Quand je revois mon enfance, le seul fait d'avoir survécu m'étonne, décrit-il dans son ouvrage. Ce fut, bien sûr, une enfance misérable: l'enfance heureuse vaut rarement qu'on s'y arrête.»

«J'aurais pu boire du bon vin à Saint-Tropez»


Frank McCourt revient à 19 ans à New York, où il fera divers petits métiers, avant de devenir enseignant en 1959. Une profession qu’il occupera pendant une trentaine d’années.

Son deuxième ouvrage «Tis» («C'est comment l'Amérique?»), paru en 1999, reprenait le récit de son parcours là où le premier livre l'avait laissé. En 2005, il publiait «Teacher Man» sur son expérience en tant qu'enseignant dans le système scolaire new-yorkais. Selon le «New York Times», il disait à ses étudiant qu'il avait «appris la signification de la propre insignifiance de sa vie».

La fièvre d'écrire

«J'aurais pu me sentir libre après "Tis", raconte Frank McCourt dans cette tribune filmée en 2006. J'aurais pu m'installer à Saint-Tropez, boire du vin, prendre du temps pour moi, mais non... J'ai fait ce que je demandais à mes élèves: "assieds-toi et raconte ton histoire, en commençant par le début".»