Mesrine, ennemi public n° 1 et n° 2

Caroline Vié

— 

Jean-François Richet et Vincent Cassel ont remporté chacun un césar après le triomphe en salle du diptyque sur Mesrine. Pour la sortie DVD, Universal se montre à la hauteur, et donne le choix au fan d'acquérir chacun des deux volets, L'Instinct de mort et L'Ennemi public n° 1, séparément ou en double coffret collector. Plus que les stars qui l'entourent, Gérard Depardieu, Gérard Lanvin ou Ludivine Sagnier, c'est Vincent Cassel qui retient l'attention tant il y est incandescent. « A la fin du premier film, Mesrine a compris qui il était, son mode de fonctionnement, explique l'acteur en bonus. Dans le deuxième, c'est un adulte qui ne réfléchit plus avant d'agir : il sait comment tout ça va finir et il a le courage d'y aller. »

Deux making of font découvrir le tournage pharaonique et minutieux de ce film « tourné avec l'énergie d'un premier film et les moyens d'une grosse production ». « Le fait que ça fasse vrai, ça coûte cher », commente Samuel Le Bihan, un des complices du bandit. Le réalisme était une préoccupation majeure pour l'équipe. Mathieu Amalric se souvient des conseils du « roi de la belle », Michel Vaujour, venu assister à une scène d'évasion. « Il avait connu mon personnage, François Besse, et il m'a fait sentir l'incroyable excitation qu'il doit y avoir à être hors la loi. » W