mix bariolé pour yas et mirwaïs

Benjamin Chapon

— 

Le buzz était monté en flèche autour du nouveau projet de Mirwaïs

: Aräbology. Le producteur franco-afghan qui avait, en 2000, ressuscité Madonna, revient avec un album d'électro-pop chanté en arabe par Yasmine, jolie interprète libanaise. Aujourd'hui que l'album, très réussi, sort enfin, la hype est un peu retombée et c'est bien dommage. D'autant que derrière le nom de code du projet, Yas, se cache une voix, une personnalité et une artiste (d)étonnante, à découvrir sans délai. « J'ai joué avec plusieurs langues arabes, raconte la chanteuse. Chaque pays arabe a sa propre langue et sa propre musicalité. Je voulais rendre hommage à cette diversité.

« Il y a un aspect anxiogène lié à la langue arabe, relance Mirwaïs. Moi-même, quand j'entends parler arabe, j'ai l'impression qu'on me gueule dessus. Il faut casser ça. » Yas et Mirwaïs mêlent ainsi visée politique « au sens large » et ambition esthétique. « Derrière les clichés de l'exotisme, je veux dévoiler la beauté d'une langue », explique Yas. « Nous sommes deux déracinés, rappelle Mir-waïs. Mêler musique électro occidentale et chants orientaux, ça a du sens. On ne fait pas seulement un mix culturel, mais une vraie création entre deux humains. » Pourtant, le travail à deux n'a, semble-t-il, pas tout de suite coulé de source. « J'ai été séduit par son projet, mais je l'ai d'abord orienté vers d'autres producteurs », raconte Mirwaïs. « Nous sommes deux caractères entiers, et il a fallu faire des pas l'un vers l'autre. Mais cela ne s'est pas fait sans... compromis », relance Yas avec un sourire qui en dit long sur l'euphémisme. Pont entre deux cultures, Aräbology est peut-être aussi, un nouveau territoire musical. W