Au service de la reine, Carol Ann Dufy, poète et lesbienne

CULTURE La reine d'Angleterre a un nouveau poète à sa disposition. Et pour la première fois en quatre siècles, c'est une femme. Carol Ann Duffy a été intronisée le 1er mai dernier à Londres...

Marina Bellot

— 

Carol Ann Duffy le 1er mai 2009 à Manchester
Carol Ann Duffy le 1er mai 2009 à Manchester — REUTERS/Phil Noble

Ne la qualifiez pas de poétesse. Carol Ann Duffy, première femme poète au service de la reine d’Angleterre, a beau être une féministe convaincue, elle déteste ces nouveaux mots servis à la sauce féminine, comme elle l’expliquait dans l’émission de la BBC Woman’s Hour.

A 53 ans, l’auteur de «Rapture» - recueil de poèmes sur l’amour pour lequel elle a reçu le prix T.S. Eliot en 2005 - succède à Andrew Motion, qui occupait cette fonction prestigieuse depuis 1999, date où le mandat a été limité à dix ans contre une nomination à vie auparavant. Parmi les autres bardes qui l’ont précédée, figurent aussi Alfred Tennyson ou William Wordsworth.

La fonction de «Poet Laureate», créée par Charles II en 1668 avec la nomination de John Dryden, est accompagnée d'une allocation annuelle de la reine de 5.000 livres (5.578 euros) et d'un tonneau de vin (l'équivalent d'environ 600 bouteilles de sherry).
 
Plébiscitée par le public

La lauréate a fait figure de grande favorite pendant les six mois d'une sélection qui, pour la première fois, a permis au public de donner son avis. Elle est homosexuelle et ne s’en cache pas. «Le Royaume-Uni est devenu adulte ces dix dernières années. La sexualité est désormais célébrée. C'est devenu une chose agréable et ordinaire», a commenté l’auteur lors de son discours d’intronisation.

Contrairement à son prédécesseur, Andrew Motion, parfois en mal d’inspiration, Carol Ann Duffy a prévenu: elle n’écrira que sur ce qui la touchera. De toute façon, le «barde» n'a aucune obligation de composer mais la coutume veut qu'il le fasse pour les grandes occasions.

Alors, son projet sujet d’inspiration: la grippe mexicaine? Les déboires de Gordon Brown, malmené par les sondages?