L'oreille coupée de Van Gogh n'est pas enterrée

CULTURE Deux universitaires allemands assurent qu'elle a été coupée par Paul Gauguin...

AA

— 

Autoportrait de Vincent Van Gogh avec l'oreille bandée
Autoportrait de Vincent Van Gogh avec l'oreille bandée — 3LH-Fine Art/SUPERSTOCK/SIPA

Et si Van Gogh ne s’était jamais coupé l’oreille? Et si c’était son ami Gauguin qui lui avait asséné un coup de sabre, provoquant l’ablation de l’organe? C’est la thèse soutenue par deux historiens de l’art allemands, Hans Kaufmann et Rita Wildegans, qui viennent de publier un essai intitulé «L’Oreille de Van Gogh, Paul Gauguin et le pacte du silence» qui n’est pas encore traduit en français. Ils vont aussi exposer leur théorie, le 17 juin prochain, lors de la rétrospective de 70 paysages de Vincent Van Gogh présentée au Kunstmuseum de Bâle, en Suisse.

Altercation

A l’origine de la chute de l’oreille, survenue dans la nuit du 23 décembre 1888, il y aurait eu une brouille entre les deux peintres. «On ne peut pas dire si c’est par accident ou si le coup était volontaire», explique Hans Kaufmann au «Figaro» qui révèle l'histoire en France. Selon lui, c’est Gauguin, fin manieur de sabre, qui a inventé devant la police l’idée que Van Gogh se serait automutilé.

Le silence du mutilé


Beaucoup de spécialistes doutent de l’hypothèse avancée par Kaufmann et Wildegans, arguant qu’il n’y a pas assez d’éléments pour l’affirmer. Une question reste notamment en suspens: pourquoi le mutilé n’aurait-il pas réagi aux mensonges de Gauguin à la police et donné sa version?

Interrogés sur la question, les universitaires allemands répondent que les deux artistes «se sont promis de garder le silence (...) et que Van Gogh espérait obliger Gauguin à recommencer leur vie commune. Car il l’adorait». Si leur thèse était avérée, Vincent Van Gogh serait-il libéré de l’image de fou qu’il se coltine depuis des siècles?