Melody Gardot, diva du XXIe siècle

Benjamin Chapon

— 

On avait laissé la chanteuse, révélation 2008, après un premier album vocalement stupéfiant mais peut-être un peu sage et tristounet, Worrisome Heart. Melody Gardot n'a pas tardé à faire mentir les jaloux qui voyaient en elle une étoile filante. Son deuxième opus, My One and Only Thrill, est un bijou, un talisman : le rubis de sa voix monté sur de sublimes orchestrations. A seulement 23 ans, la chanteuse compose les textes et musiques de tous ses morceaux, phénomène rarissime dans le monde du jazz vocal. « Donner vie à une émotion avec ses mots puis sa voix, son souffle, c'est ce qui est beau en musique, cette liberté », confie-t-elle.

On avait retenu du parcours de Melody Gardot sa précocité et un accident qui avait failli lui coûter la vie. Après deux ans de tournées permanentes dans le monde entier (« Je ne vis nulle part, je vis où je suis »), la chanteuse a acquis un charisme de diva, l'assurance des grands artistes qui irradient de talent même lorsqu'ils se taisent. Dans ce nouvel album, elle se permet tout : des révérences à la tradition des grands orchestres jazz des années 1950, des scats canailles sur des rythmes latin jazz, des blues d'une sensibilité sombre, une intensité mélodique sans faille. La classe américaine dans toute sa splendeur. « Je ne suis pas une chasseuse de nuages, rigole-t-elle quand on l'interroge sur son plan de carrière. Je suis comme un oiseau le matin : je chante parce que je dois le faire. Mais les gens n'auront-ils pas bientôt à choisir entre la musique, qui est une nourriture pour l'âme, et la nourriture pour leur estomac ? Tant que je pourrai faire de la musique, je serai heureuse et me sentirai bénie. » Et nous donc ! W