« L'embellie » de Calogero ne craint pas la pesanteur

— 

Calogero a connu son heure de gloire à une époque, révolue, où les gens achetaient des disques et regardaient la « Star Ac' ». Alors que sort son cinquième album, L'Embellie, l'ex-membre des Charts voudrait se débarrasser de l'étiquette de chanteur à succès faciles qui lui colle à la peau. « J'ai l'impression qu'être populaire et avoir une exigence musicale ne peuvent pas aller de pair, c'est chiant », s'agace-t-il. Pour L'Embellie, Calogero a mis son coeur et ses tripes à l'ouvrage : « C'était limpide, j'ai ressenti un besoin viscéral de sortir ces chansons. » Côté textes, le chanteur a, comme à son habitude, passé la main. Après un album 100 % Zazie en 2007, son panel est cette fois « entièrement masculin » et va de Dominique A et Dick Annegarn à Jean-Jacques Goldman et un petit nouveau, Calogero. « Je me suis trompé est mon premier texte. Du coup, je n'ai rien à en dire. » Très inégaux, les morceaux parlent de l'amour, de l'amitié et du reste, sur des musiques toujours très ampoulées et ronflantes. Le succès devrait être au rendez-vous. Pour le reste en revanche... W

B. C.