Le piratage, une oeuvre d'art?

INTERNET Un serveur confisqué du site illégal The Pirate Bay est désormais exposé dans un musée...

Sa. C. avec agence

— 

Illustration piratage.
Illustration piratage. — AFPTV

Régulièrement pointé du doigt par l’industrie musicale, qui l’accuse de la piller, The Pirate Bay prend sa revanche et devient un objet culturel. Jeudi, un serveur du très populaire site illégal de partage de fichiers, qui avait été confisqué au cours d'une opération de police, a fait son entrée dans un musée suédois.
 
«C'est un objet de la société contemporaine, et les musées collectent ce genre d'objets», a expliqué à l'AFP Nils Olander, conservateur du Musée technique de Stockholm. «Et cela fait partie de notre mission en tant que musée de ne pas éviter les questions compliquées», a-t-il ajouté.
 
180 euros
 
Le serveur, un boîtier métallique gris d'une vingtaine de centimètres de côté, a été acquis par le musée, dévolu aux sciences et techniques, pour 2.000 couronnes (180 euros) auprès d'un membre du Bureau des pirates, une organisation suédoise qui réclame la dépénalisation du téléchargement, selon Nils Olander.
 
Fondé en 2003 en Suède, Pirate Bay permet de télécharger gratuitement des films, de la musique ou des jeux vidéo, ce qui en fait la cible de la justice suédoise et de l'industrie culturelle. Il compte plus de 22 millions d'utilisateurs dans le monde.
 
Le mois dernier, quatre responsables présumés du site ont été jugés en Suède pour aide à la copie illégale d'oeuvres protégées par les droits d'auteur. Le procureur a requis un an de prison ferme. Le jugement est attendu vendredi.