Une exposition ferme à Tours après une plainte pour «faux»

CULTURE 190 oeuvres ont été saisies....

Sa. C. avec agence

— 

Coll-Peter Willi/SUPERSTOCK/SIPA

Une exposition sur la peintre d'avant-garde russe Alexandra Exter a été prématurément fermée à Tours après une plainte pour «faux», «contrefaçon de signature» et «escroquerie», selon une source judiciaire citée par l’AFP. En conséquence, 190 oeuvres ont été saisies et mises sous scellés.
 
La plainte a été déposée par l'historien d'art Andrei Nakov, grand connaisseur de l'artiste décédée en 1949 et détenteur des droits moraux sur son oeuvre, a indiqué le procureur de la République de Tours, Philippe Varin. Selon cet expert de l'avant-garde russe, fondateur et président de l'association Alexandra Exter, plus de 90% des tableaux exposés au château de Tours seraient des faux. Un autre expert, sollicité par Nakov, a relevé une différence très importante avec la signature originale de l'artiste. Une information judiciaire a été ouverte avec co-saisine de deux juges d'instruction.
 
L'exposition «Alexandra Exter et ses amis peintres russes», organisée par la ville de Tours, a ouvert le 30 janvier. Elle avait été qualifiée d'événement culturel de l'année pour la ville par le maire Jean Germain. Elle a été fermée le jeudi 19 mars, trois jours avant la fin. L'initiateur de l'exposition, Jean Chauvelin, qui est aussi un expert en avant-garde russe, n'a pas été en mesure de fournir de certificats d'authenticité. Parmi les tableaux saisis, 130 lui appartiennent. Il affirme les avoir achetés il y a 30 à 40 ans en Russie.
 
A la mairie de Tours, qui a mandaté un avocat, on précise que «la ville est victime dans cette affaire et se réserve le droit de conduire toute action judiciaire appropriée».
 
Alexandra Exter (1882-1949), qui a embrassé tous les genres (peintures, affiches, décors de théâtre et de films, costumes de scènes, illustrations de livres), a su réaliser la jonction entre deux des courants majeurs de l'avant-garde, le suprématisme et le constructivisme.

La rétrospective en vidéo: