Oxmo Puccino, l'alarme à l'oeil

Benjamin Chapon

— 

Oxmo est un cas particulier, une exception qui confirme la règle : le rap est de la chanson française. Trois ans après un album très jazz (Lipopette Bar, sorti sur le label Blue Note) en hommage à Billie Holiday, Oxmo Puccino revient à sa vision du hip-hop : des rimes inquiètes et mélancoliques qu'habillent des musiques aux influences variées. Funk, folk, swing... Oxmo a les idées larges.

Très hip-hop dans les thématiques contemporaines et sociales abordées, les textes d'Oxmo se démarquent toujours par leur portée poétique. Métaphoriques mais jamais abscons, ils ont l'inestimable mérite de ne pas effaroucher les non-initiés grâce à un flow clair. On peut ainsi sans crainte ranger Oxmo Puccino du côté des grands interprètes réalistes, Piaf, Brel et consorts, mais avec, en sus, une pointe d'humour à la Boby Lapointe. Trois ans d'écriture ont été nécessaires pour donner vie à cet album, L'Arme de paix. « J'ai écrit comme si je n'avais jamais écrit auparavant, a confié Oxmo Puccino à nos internautes (lire encadré). Je prends plus de temps pour écrire aujourd'hui, lettre par lettre, en pensant à la scène et à ceux qui vont écouter mes paroles. » Cette précision d'orfèvre au service des mots lui vaut aujourd'hui de figurer parmi les grands maîtres de la langue. ■