Adjugé n'est pas payé

— 

Cochon qui s'en dédit. Cai Mingchao, acheteur de deux bronzes chinois lors de la dispersion de la collection Yves Saint Laurent-Pierre Bergé, a déclaré qu'il ne paierait pas la somme due. Soit 15,7 millions d'euros. Ces deux objets, des têtes de rat et de lapin, pillés il y a cent cinquante ans au Palais d'été de Pékin par les armées franco-britanniques, étaient ardemment réclamés par la Chine avant la vente de la semaine dernière. L'acheteur, un collectionneur d'art chinois, a déclaré avoir agi par patriotisme : « J'essaie de faire face à mes responsabilités. » Pour l'instant, les deux bronzes sont toujours en possession de la maison d'enchères Christie's qui pourrait porter plainte si l'acheteur persiste à ne pas vouloir payer. ■ B. C.