Dany Boon boude, mais juste parce qu'on l'a boudé

— 

Après les fricadelles, le boudin. Dany Boon ne devrait pas se rendre à la soirée des César. Son unique citation pour le prix du meilleur scénario (qu'il a coécrit avec Alexandre Charlot et Franck Magnier) lui est restée en travers de la gorge. Il réclame la création d'un césar de la meilleure comédie. L'académie a promis d'y réfléchir pour l'an prochain.

Est-ce par solidarité ou par opportunisme que les auteurs de comédies acceptent de jouer le jeu de l'indignation ? « La profession semble penser que notre succès nous tient lieu de prix », confie Elie Semoun à 20 Minutes. Gad Elmaleh s'est plaint sur RTL que « la corporation n'est pas assez en phase avec le public ». En 2010, leurs comédies respectives, Cyprien et Coco, seront en lice si la nouvelle statuette est créée. Tout comme LOL, énorme succès actuel signé Lisa Azuelos : « En France, on ne respecte pas les gens qui font rire, regrette-t-elle. On préfère récompenser des films longs et chiants. » En ligne de mire, sans les citer : les deux derniers césars du meilleur film, décernés à La Graine et le Mulet et à Lady Chatterley. Josiane Balasko se montre plus mesurée. « Je comprends la déception de Dany, mais personnellement, l'amour du public me suffit, je n'ai pas besoin de colifichet. » Surtout qu'elle a reçu un césar en 1996 pour le scénario de Gazon maudit ! En bref, toute la profession, à l'exception notoire des votants aux César, adore le film de Dany Boon. Seul Luc Besson, éternel frondeur, a osé affirmer sur Canal+ qu'« il n'y a pas d'injustice », avant de citer diverses catégories, surtout techniques, dans lesquelles il estime que Bienvenue chez les Ch'tis n'avait aucune raison d'être cité. ■ C. V.