Un film péruvien remporte l'Ours d'or au Festival de Berlin

CINEMA Le long-métrage de Claudia Llosa raconte les viols qui ont eu lieu au Pérou pendant les affrontements politiques des années 1980. Un sujet qui a ému le jury...

Avec agence

— 

 La cinéaste Claudia Llosa embrasse son Ours d'or, le 14 février 2009 à Berlin
 La cinéaste Claudia Llosa embrasse son Ours d'or, le 14 février 2009 à Berlin — AFP PHOTO JOHN MACDOUGALL

Une fois n’est pas coutume, c’est un film péruvien qui a remporté l'Ours d'or d'une Berlinale où ont triomphé les jeunes talents et l'Amérique du sud, samedi soir. Le film s’appelle «La teta asustada» - que l’on traduirait littéralement par «le sein effrayé» mais qui s'intitulera pour les pays anglo-saxons «The Milk of Sorrow» - et évoque les viols qui ont eu lieu au Pérou pendant les affrontements politiques des années 1980.

«C'est magnifique! Merci, merci au jury», s'est écriée Claudia Llosa, la cinéaste, scénariste et productrice italo-péruvienne de 32 ans, dont c'est le deuxième long-métrage. «C'est le premier film péruvien à concourir à Berlin (en 59 ans de festival, ndlr) et à gagner un Ours d'or, bien sûr. Nous avons besoin de prix comme celui-ci, c'est important que les gens puissent voir notre film».



>> Voir la bande-annonce du film >>


L'Amérique du Sud à l'honneur

Dix-huit films étaient en lice pour la compétition du Festival de Berlin, et les autres prix sont presque tous allés à de jeunes talents.

L'Autrichienne Birgit Minichmayr, 31 ans, a été distinguée d'un Ours d'argent pour son rôle dans «Tous les autres», portrait tragi-comique d'un couple signé par l'Allemande Maren Ade, dont le film a reçu le prix du jury.

De son côté l'Iranien Asghar Farhadi, 36 ans, a gagné l'Ours d'argent du meilleur réalisateur avec «About Elly», où une jeune bourgeoisie de Téhéran joue avec les codes sociaux imposés par l'islam.

Véritable héros de la soirée, l'Argentin Adrian Biniez, 34 ans, a raflé trois prix avec «Gigante», le portrait insolite et drôle d'un veilleur de nuit de supermarché qui se révèle plus sensible que son physique d’armoire à glace.