Audience en berne pour les Victoires de la musique classique

AA avec agence

— 

 Roberto Alagna aux Victoires de la musique classique, le 9 février 2009
 Roberto Alagna aux Victoires de la musique classique, le 9 février 2009 — SIPA

Cela devait être le «plus grand concert de musique classique de l’année». Pourtant, la cérémonie des Victoires de la musique classique, diffusée dimanche après-midi sur France3, n’a attiré en moyenne qu’1,1 million de téléspectateurs. Une audience moins importante qu’en 2008 (1,36 million de téléspectateurs) et en 2006 (2,2 millions de téléspectateurs), selon les chiffres de Médiamétrie.
 
Pourtant, tout avait été mis en place pour attirer le public: le ténor Roberto Alagna faisait office de parrain de l’événement et a chanté des airs célèbres comme des extraits de «Tosca» et de «La Bohème» de Puccini; Marie Drucker et Frédéric Lodéon sont rodés à l’exercice de la présentation; et la programmation à la case du dimanche après-midi, supposée séduire un public plus familial - l’année dernière, la cérémonie avait eu lieu un mercredi soir.
 
Mais c’était compter sans la rupture de faisceau, survenu accidentellement vers 17h50, interrompant l’émission pendant quelques instants.
 
Au rayon musique, il y avait de quoi faire. Parmi les artistes décorés d’une Victoire, il y a:
- Pierre-Laurent Aimard (piano), Victoire du soliste instrumental. Né en 1957, il a joué beaucoup de musique contemporaine, notamment du Messian, comme dans la vidéo ci-dessous.



- Sandrine Piau (soprano), Victoire de l’artiste lyrique
- Romain Leleu (trompette), Victoire de la révélation soliste instrumental
- Karen Vourc'h (soprano), Victoire de la révélation artiste lyrique
- Trio Wanderer (piano, violon et violoncelle), Victoire de la formation de musique de chambre
- Bruno Mantovani, Victoire du compositeur
- Et enfin, la Victoire de l’enregistrement a été attribuée à la maison Virgin/Emi pour «Lamenti», dirigé par Emmanuelle Haïm avec, notamment, la chanteuse Natalie Dessay.

Bien que nommée dans la catégorie soliste instrumental, la pianiste Helène Grimaud n'a pas été lauréate pour ces Victoires de la musique classique.