Ces acteurs si sexy en femme

CINEMA Alors que Jude Law s'attire les louanges de la presse américaine pour son rôle de travesti dans le film «Rage» et que TF1 propose lundi soir un téléfilm sur le sujet, «Ma soeur est moi», retour sur les transformations les plus marquantes...

Sandrine Cochard

— 

 
  — EPA / SIPA / Sally Potter's blog

La frontière des genres a souvent été franchie, avec succès, par les acteurs. Ainsi, TF1 propose lundi soir un téléfilm, «Ma soeur est moi», dans lequel le comédien Grégori Baquet interprète un homme qui se travesti en femme.



Au cinéma, le dernier à s’être perruqué et travesti en femme n’est autre que l’acteur britannique Jude Law, pour le film «Rage». Les premières images de sa transformation ont bluffé la presse américaine. «Je déteste devoir dire cela, mais Jude Law est mieux en femme qu’en homme», lance ainsi le «Los Angeles Times». Même constat sur le site de la chaîne MSNBC, pour qui l’acteur «fait une femme magnifique».
 
Avant Jude Law, d’autres acteurs ont marqué les esprits en interprétant des femmes. Des performances bluffantes, avec parfois quelques ratés.
 
1959: Jack Lemmon et Tony Curtis dans «Certains l’aiment chaud»
 
Inoubliables en musiciens contraints au camouflage dans un orchestre de femmes, les deux acteurs parviennent même à éclipser Marilyn Monroe dans cette comédie pleine d’humour.
 

 
1982: Dustin Hoffman dans «Tootsie»
 
Comédien sans cachet, Michael Dorsey décide de se déguiser en femme pour passer une audition. Il devient Dorothy Michaels, la nouvelle coqueluche d’Hollywood, et se prend au jeu de cette nouvelle identité qui lui permet plus de liberté.
 

 
1982: Christian Clavier dans «Le père Noël est une ordure»
 
S’il n’a rien de féminin, de près comme de loin, son personnage de Katia est tout de même resté dans les mémoires.
 

 
1986: Michel Blanc dans «Tenue de soirée»
 

 
1991: Miguel Bose dans «Talons aiguilles»



1993: Robin Williams dans «Mrs Doubtfire»
 
Pour interpréter une femme lorsque l’on est un homme, mieux vaut avoir la démarche gracile et les traits fins. Chez Robin Williams, le physique ne suit malheureusement pas. D’où le déguisement en grand-mère sans âge. Grimé en femme à tout faire très remuante, il amuse les enfants, c’est déjà ça.
 

 
1994: Guy Pearce, Terence Stamp et Hugo Weaving dans «Priscilla folle du désert»
 
Deux drag queens et une transsexuelle traverse l'Australie, de Sydney à Alice Springs, dans un grand bus baptisé «Priscilla». Bonne humeur et émotion sont au rendez-vous de ce film plein de folie.
 

 
1998: Vincent Perez dans «Ceux qui m’aiment prendront le train»
 
L’acteur prête ses traits fins à Viviane, une transsexuelle en cours de transition. Bluffant.
 
2001: Roschdy Zem et Sami Bouajila dans «Change-moi ma vie»
 
Bien avant «Indigènes», les deux acteurs ont tourné ensemble ce film sur le milieu de la prostitution. Si le premier peine à dissimuler son physique viril, le second est épatant en blonde en quête de dignité. A voir en cliquant ici.
 
2003: Gad Elmaleh dans «Chouchou»
 
Avec ou sans perruque, le comédien se glisse sans problème dans la peau du personnage qu’il a créé sur scène avant de l’adapter sur grand écran. Gad Elmaleh est crédible, même séduisant(e), en «Chouchou». Ses grands yeux bleus y sont pour beaucoup. Attention à bien se raser de près quand même.
 

 
2007: John Travolta dans «Hairspray»
 
Sans doute la composition la moins crédible. L’acteur interprète le rôle d’une femme à grand renfort de rembourrage et de fond de teint qui lui fige le visage en un masque de béatitude horripilant. Au final, on dirait un marshmallow géant qui s’agite dans tous les sens.