Amadou et Mariam, les non-invités d'Obama

MUSIQUE Retour sur un cafouillage...

AA

— 

 Le duo malien Amadou et Mariam
 Le duo malien Amadou et Mariam — Youri Lenquette

Pas d’Amadou et Mariam à l’investiture de Barack Obama. Ce mardi 20 janvier, date de la prise de fonction du président des Etats-Unis, le couple de chanteurs du Mali n’était pas aux côtés de Beyoncé et Bruce Springsteen, invités à jouer et chanter sur la scène.
 
Pourtant, dès le 28 novembre 2008, un article paru dans «Le Figaro» sous le titre «Obama invite Amadou et Mariam à son investiture» annonçait la présence du duo à Washington. Une information que le journaliste tenait de première main puisqu’il dit en avoir discuté avec Emmanuel de Buretel, le patron du label Because Music, qui produit Amadou et Mariam.
 
Le label, interrogé par 20minutes.fr, est gêné: «Amadou et Mariam avaient bien été pressentis pour participer aux concerts, mais comme pour d'autres artistes et contrairement à ce qui a été évoqué dans la presse, leur participation n’a finalement pas été confirmée.» Selon Because Music, au moment où l’annonce a fuité, les négociations étaient entamées mais n’ont pas été finalisées. «Le Figaro», joint par 20minutes.fr, estime avoir été victime «d'une fausse information». Qui dit vrai? Depuis, le label a promis de montrer les preuves du contrat ébauché au «Figaro».
 
Dispersion

Autre problème: l’info a été reprise sur la toile africaine à la vitesse de l’éclair. Et notamment sur les sites Web du Mali, là où Amadou et Mariam sont l’une des fiertés nationales.

Sur la plate-forme Maliweb.net, on peut lire un article qui s’enthousiasme, le 12 décembre 2008: «à travers cette invitation, le couple non voyant vient porter encore plus haut l’étendard du Mali, tout en vendant son image à l’extérieur, mieux que les festivals et salons à n’en plus finir du ministère de l’artisanat et du tourisme ainsi que celui de la culture.» Sur un autre site, Afrik.com, les chanteurs sont même présentés comme les «invités personnels de Barack Obama».
 
Devant l’ampleur de la fuite, Because Music a voulu faire un démenti via l’Agence France Presse, très diffusée dans les pays africains francophones (dont le Mali). Or l’AFP, qui n’avait pas relayé l’annonce, n’a pas souhaité écrire un démenti sur un sujet qu’elle n’avait pas traité. Logique.

Depuis que l'investiture a eu lieu, le démenti, à défaut d'avoir été diffusé, est de toute façon effectif. Mais sur les sites maliens de ce mercredi matin, il n'y a pas encore d'allusion à l'absence du duo.