Les réseaux sociaux, les rivaux des sites de rencontre

INTERNET Zoom sur l'amour en ligne, le thème du Web08...

AA

— 

 Les lits "love" au Web08, la conférence organisée les 9 et 10 décembre 2008
 Les lits "love" au Web08, la conférence organisée les 9 et 10 décembre 2008 — DR

Pour sortir de thèmes technologiques jugés trop «geek», le Web08 a choisi, pour cette édition, de parler d'amour. Un thème universel qui devait donner une portée sociologique à des conférences parfois techniques. Mais qui, au final, n'était pas la préoccupation majeure des participants. Pourtant, rien à nier: la séduction, sinon l'amour, s'est bel et bien immiscée au bout de chaque clic, sur la toile comme sur son téléphone portable.

Lire aussi: le blog du Web08

Les sites de rencontres luttent pour rester sur le marché


Ainsi, les sites de rencontre viennent d'améliorer leurs outils pour ne plus rien laisser au hasard. Et pour rester compétitif sur le marché de l'amour en ligne, un marché qui bouge plus vite que son ombre. Ainsi, le site Match.com (15 millions de profils actifs dans le monde) a dégainé en octobre un service baptisé «alchimie», qui permet, grâce à un algorithme, de faire coller les profils en fonction des résultats d'un test de personnalité, préalablement rempli – presque une centaine de questions censées cerner qui l'on est vraiment. Meetic, qui affiche plus de 60.000 «bébés meetic» nés depuis la création du site en 2002, dispose d'une formule équivalente, intitulée «affinity».

>> Les couples à l'épreuve des nouvelles technologies, un décryptage à lire ici >>

L'objectif est double: optimiser les chances de réussite des internautes qui se rencontrent. Et éviter que les internautes se désinscrivent parce qu'ils n'auraient pas trouvé la bonne pointure. «Le service Alchimie permet non seulement de découvrir ses affinités psychologiques avec un individu mais aussi ses compatibilités physiologiques et de tempérament», explique-t-on à Match.com.

La concurrence féroce et non officielle


Si les sites de rencontre aiguisent ainsi leurs armes, c'est qu'ils ont une concurrence sérieuse en ligne. Et gratuite. En effet, les réseaux sociaux comme Facebook ou MySpace permettent de nouer des contacts pas que professionnels ni amicaux. Leurs moteurs de recherche permettent de chercher le profil de personnes du même âge ou résidant dans la même ville.

«Nous ne nous voyons pas spécifiquement comme un site de rencontres, mais il est vrai que beaucoup d'internautes trouvent l'amour sur MySpace», explique à 20minutes.fr Travis Katz, le directeur général de MySpace, qui a lui-même rencontré sa femme par le biais de ce réseau social. «Mais, nous ne focalisons pas là-dessus en termes de business, les choses se font toutes seules, puisque MySpace rapproche les gens qui ont les mêmes centres d'intérêt, les mêmes goûts culturels.»

L'histoire est la même sur Facebook qui pousse la logique en permettant aux membres de déterminer leur hétérosexualité ou homosexualité, ainsi que leur statut matrimonial.

L'enjeu du téléphone

Mais là où réseaux sociaux et sites de rencontre vont se livrer bataille, c'est sur le téléphone portable, qui permet d'accélérer les échanges au moment où l'on n'est pas forcément connecté devant un ordinateur. A eux de dégainer des applications, opérationnelles sur mobiles. Meetic vient d'ailleurs d'annoncer la sortie en 2009 d'une déclinaison sur téléphone.

Les messages en vidéo, les SMS, les MMS: le langage des couples passe aussi par là. Selon une récente étude menée par TNS Sofres et l'Afom (Association française des opérateurs mobiles), 40% des femmes munies d'un téléphone portable déclarent avoir vécu une «belle histoire» grâce à cet outil. La preuve que «le téléphone portable est devenu un outil amoureux», assure Aapo Bovellan, l'un des dirigeants de Nokia présent au Web08, qui n'a pas mégoté sur la déco pour coller au thème de l'amour. Tapis en forme de coeur, boules de Noël rouge, lits qui invitent à se prélasser. Sauf qu'ici, on préfère encore déclarer son amour à son ordinateur plutôt qu'à son ou sa dulcinée.