« Sur scène, je redeviens moi-même »

Recueilli par Caroline Vié - ©2008 20 minutes

— 

Comment devient-on le personnage d'un spectacle de Valérie Lemercier ?

Tous les gens que je croise peuvent le devenir ! Je suis souvent séduite par une voix qui me donne envie de broder autour de la personne. C'est un processus étrange et parfois très rapide : ce nouveau spectacle a été écrit en trois mois.

Faire la réouverture du Palace, ça fait quel effet ?

Le premier soir, j'ai à peine osé revenir saluer car tout était en rodage : la salle, le spectacle et moi. Heureusement, le Palace n'est chargé d'aucun souvenir personnel pour moi, alors que j'ai des tas d'amis qui ont essayé de retrouver l'odeur de leur jeunesse jusque dans les toilettes et qui sont sortis déprimés parce que ce n'est plus le lieu qu'ils ont connu... J'ai pu me concentrer sur un spectacle que je n'avais pas vraiment répété, ni essayé préalablement en province. C'est ma méthode de travail : ce qui ne va pas, je préfère le réajuster au fil des représentations.

Cela ne vous fait pas peur de travailler ainsi sans filet ?

Si, bien sûr, mais se retrouver face au public est un tel plaisir que le jeu en vaut la chandelle. En échange, je veux donner au spectateur l'impression d'entrer dans l'intimité de mes personnages, de découvrir des choses très personnelles qu'il ne devrait pas avoir le droit de voir.

C'est cette intimité que vous protégez en refusant d'être filmée sur scène ?

J'ai besoin de croire en mes personnages pour les jouer. J'ai peur de me reconnaître si je me vois en train de les interpréter. Je m'y résoudrai peut-être si je décide un jour de ne plus monter sur scène.

La caméra ne semble pas vous avoir gêné pour Agathe Cléry...

Cela n'a rien à voir ! Etienne Chatiliez m'a demandé une implication maximale pour me transformer en femme noire. Il m'a surtout donné la possibilité d'être l'héroïne d'une histoire d'amour : une grande première pour moi ! Je suis triste que le film n'ait pas été davantage montré aux journalistes, car j'en suis très fière...