Gonzales régale son monde dans le temple de la variété

- ©2008 20 minutes

— 

Feist, Peaches, Katerine... Les bons amis de Gonzales participeront ce soir à l'Olympia (Paris 9e) au show du plus grand performeur francophone en activité. Gonzales sur scène, c'est l'énergie de Johnny, le professionnalisme d'Aznavour et un sens du délire qui n'appartient qu'à lui. Que le musicien canadien s'attaque à l'Olympia, temple de la variété française, a quelque chose de délicieusement irrévérencieux. « La chanson française a un problème de référence. Les chanteurs continuent de parler de Brassens et Gainsbourg alors qu'il y a eu Daft Punk depuis. C'est ça la vraie référence. »

Son dernier album, Soft Power, injustement passé inaperçu, est une machine à guincher. « J'aurai pu faire un nouvel album pour séduire mon public habituel, mais j'ai voulu essayé un truc plus professionnel. » Producteur d'albums récents (Jane Birkin, Teki Latex, Christophe Willem...), Gonzales est un musicien accompli dont le génie explose sur scène, et c'est bien là l'essentiel.

B. C.