« La musique est éphémère »

Recueilli par Oihana Gabriel - ©2008 20 minutes

— 

Tracy Chapman

Chanteuse.

Our Bright Future, sorti lundi, est votre huitième album. Est-ce difficile de séduire encore le public ?

On ne peut pas parier sur ce qu'attend le public. La musique est éphémère et subjective. Le mieux que l'on puisse faire, c'est faire de son mieux.

Vos chansons traitent beaucoup de la guerre ou de la pauvreté. Etes-vous une pessimiste ?

Réaliste, je pense. Même si nous voulons éviter la guerre, nous n'y arrivons pas. Nous sommes des animaux. Personne n'oublie que les Etats-Unis sont engagés dans deux guerres. Et je veux parler des sacrifices qu'on demande à notre jeunesse.

Depuis vingt ans que vous chantez, les choses ont-elles changé ?

Certaines, oui. Mais l'ouragan Katrina a montré qu'il existait encore une grande pauvreté aux Etats-Unis. Depuis cinq ans, la situation économique a empiré. Pendant les années Clinton, les gens souffraient moins. Aujourd'hui, seuls les riches s'en sortent.

Vous partez pour une tournée européenne jusqu'à décembre*...

Je suis ravie d'être ici. Le public européen est plus attentif. Les Américains veulent entendre la même chose que sur l'album. Si on improvise un peu, ils sont surpris et parfois déçus. Ici, il y a plus de liberté. Sur scène, je change souvent de tempo ou d'arrangements. C'est l'intérêt du live : pouvoir s'adapter aux musiciens et au public.