Croisière solitaire pour François-Frédéric Guy

Luc Lemaire - ©2008 20 minutes

— 

S'il y a bien un mot qu'il n'aime pas, François-Frédéric Guy, c'est celui de marathon. Il préfère parler de croisière. Ce pianiste à l'aube de la quarantaine est en train d'accomplir un véritable exploit. Voyez plutôt : interpréter l'intégrale des 32 sonates de Beethoven en 9 récitals répartis sur 7 jours, à la Cité de la musique, porte de Pantin à Paris. Ce n'est pas tout à fait une première. Il avait déjà réalisé cette performance en avril dernier, au Printemps des arts de Monte-Carlo. « A l'époque, c'était pour moi l'inconnu. Etait-ce simplement possible ? Aujourd'hui, je sais que ça l'est », confie-t-il.

Comment est née cette idée ? « Au départ, à l'initiative de René Martin, créateur de la Folle Journée de Nantes et du Festival de La Roque-d'Anthéron, explique François-Frédéric Guy, nous avions décidé de jouer cette intégrale à six pianistes. C'est ainsi que nous nous sommes produits douze à treize fois dans le monde entier. Et puis, je me suis dit, après tout, je pourrais peut-être me lancer tout seul dans l'aventure. »

Pour se préparer à affronter ce monument - il cite volontiers quelques chiffres : « 99 mouvements, 620 pages, 11 heures de musique » à connaître par coeur -, il a renoncé à tout concert pendant un mois. « J'ai un ami qui m'a prêté sa maison en Irlande du Nord, dans le Donegal, au milieu des lacs. J'y ai fait une retraite de quinze jours, coupé du monde. »

Depuis vendredi dernier, François-Frédéric Guy est donc ce navigateur reclus, aux commandes de son piano. « Pour moi, c'est entre le Vendée Globe et la grande croisière. J'ai un océan à traverser avec, qui sait, peut-être des risques de gros temps ? Mon challenge ? A la fois vivre une expérience solitaire, donc égoïste, et à la fois tout faire pour que les autres qui embarquent avec moi découvrent ce géant qu'était Beethoven. Ses 32 sonates sont ma bible. » Alors, si le coeur vous en dit, embarquez avec lui. Pour une escale ou pour le reste de la traversée. Ce sera dans tous les cas un moment magique.