Le pianiste Ivo Pogorelic règle ses comptes, 28 ans après

MUSIQUE Il avait perdu le concours Chopin...

AA avec agence

— 

Le pianiste Ivo Pogorelic
Le pianiste Ivo Pogorelic — DR

Une fausse note au rayon musique classique. Le croate Ivo Pogorelic veut savoir pourquoi le jury du concours Chopin, sorte de sésame pour les pianistes, a refusé de le qualifier en finale. Or l’histoire a eu lieu en… 1980.

Pour Pogorelic, il n’y a pas prescription: «Je veux connaître la vérité, me libérer de l'ombre qui pèse sur moi depuis ce concours. Je ne peux pas comprendre pourquoi, en tant que lauréat de la Compétition Casagrande à Terni (Italie) et du Concours international de Montréal, j'ai été traité ainsi à Varsovie», a-t-il déclaré, cité lundi par le journal «Rzeczpospolita».

Cacophonie et concert de louange

Son éviction avait fait du bruit, au sein même du jury. En signe de protestation, la pianiste Martha Argerich, membre du jury et elle-même ancien Premier prix du Concours, avait démissionné de son poste pour le défendre et quitté Varsovie, voyant en lui un génie. Idem pour le pianiste britannique Louis Kentner, spécialiste de Chopin et de Liszt, également membre de jury.

Voici la performance de Pogorelic en vidéo lors du concours de 1980:




Crise d’ego? Besoin d’épurer le passé? Le directeur de l'Institut Chopin Albert Grudzinski, organisateur du concours à l'époque, ne comprend pas: «Que cherche-t-il après 28 ans? Un nouveau scandale? (…) Personne ne peut remettre en cause les décisions du jury qui sont définitives, ce sont comme des jugements de la justice.»

Ironie de l’histoire: Pogorelic doit paradoxalement sa renommée à son échec de Varsovie. Et aujourd’hui, à 50 ans, il est toujours ovationné par le public.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.