« Ma mère écrit à travers moi »

Propos recueillis par Benjamin Chapon et Boris Bastide - ©2008 20 minutes

— 

Tricky

Chanteur britannique.

Votre nouvel album, « Knowle West Boy », semble plus personnel...

Tous mes albums sont introspectifs. Mais celui-ci est peut-être plus intense car j'ai pris mon temps pour le faire. Je voulais ralentir un peu, voir le film et ne pas être dedans pendant un moment.

C'est aussi un album sur le quartier de Bristol où vous avez grandi, Knowle West...

Ce quartier compte beaucoup dans ce que je suis aujourd'hui. Quatre générations de ma famille y ont vécu. C'est un endroit sûr pour les enfants, parce que tout le monde se connaît. Même s'il y a beaucoup de délinquance.

Vous chantez que la musique vous a sauvé ?

C'est évident. Si je n'avais pas fait de musique, il aurait bien fallu que je trouve de l'argent quelque part, et les voies les plus commodes sont illégales. J'aurais été un criminel. Comme mes oncles, mes neveux et mes frères...

Pourquoi avez-vous quitté ce quartier ?

Quand on connaît un endroit, il faut dégager. Je vivais à Los Angeles, mais ça ne m'excite plus. Je vais venir vivre à Paris en septembre. Je suis excité par Paris. Mais je suis trop feignant pour apprendre le français...

Pourquoi y-a-t-il des voix féminines sur vos albums ?

Mes paroles sont écrites pour des femmes. C'est comme si j'avais deux âmes... Peut-être celle de ma mère qui me parle à travers ce que j'écris. Ma mère écrit à travers moi depuis son suicide. C'est pour cela que j'ai besoin de femmes pour chanter ses textes.

Est-ce pour avoir plus de liberté que vous avez monté votre label ?

Je voulais surtout héberger les gens bizarres. Quand je vois l'industrie musicale aujourd'hui, je m'emmerde. Tout le monde se ressemble, avec le même uniforme chiant. Où sont les artistes étranges ? J'ai vu Lenny Kravitz un jour en club, il était parfait, comme dans ses clips. Sa peau était parfaite, comme son costume, ses cheveux... Il doit passer un temps fou à se préparer quand il sort. Un temps perdu à ne pas faire de la musique...