Une grève de facto à Hollywood

CINEMA Et le blocage recommence...

Avec agence

— 

Hollywood Walk of Fame
Hollywood Walk of Fame — DR

Lundi, à Hollywood, on pensait qu’il n’y aurait pas grève. En fait, si. «Notre secteur se trouve désormais en grève de facto, avec une production de films quasiment interrompue et une production télévisée gravement menacée», a assuré l'Alliance des producteurs de cinéma et de télévision (AMPTP), le patronat d’Hollywood.

La raison du blocage? Le contrat triennal entre acteurs et producteurs qui régit les conditions salariales des comédiens de cinéma et de télévision américains. Puisque les productions sont diffusées sur l’Internet et les baladeurs numériques, les acteurs veulent récupérer une part des recettes. Ce à quoi les producteurs répondent que les nouveaux médias ne sont pas encore assez rentables pour cela. Mais après 42 jours de pourparlers, l’issue à trouver presse: le précédent contrat entre les deux parties s’est terminé lundi à minuit (mardi 7h GMT).

Bis repetita?


Sans nouvel accord, le précédent pourrait prévaloir. Selon le journal spécialisé Variety, «la plupart des tournages vont cesser en raison de l'incertitude» pesant sur le secteur.

L'hiver dernier, une grève des scénaristes avait déjà paralysé l'audiovisuel américain pendant 100 jours. Son coût? Plus de 2 milliards de dollars. Pour éviter une nouvelle paralysie, l'AMPTP a publié lundi des pages de publicité dans la presse de Hollywood à l'adresse des acteurs, faisant valoir qu'une nouvelle grève serait «dommageable et inutile».