Des taxes, des sports confidentiels et des divertissements à la française: le rapport Copé sur la future télévision publique

TELEVISION Surprise, les artistes ne devront plus être invités à des émissions de divertissements pour faire leur promotion...

AA

— 

La commission Copé a proposé mercredi à Nicolas Sarkozy plusieurs taxes pour compenser l'arrêt de la publicité sur la télévision publique, ainsi qu'une indexation de la redevance, sur fond de grève et de manifestations des salariés inquiets pour leur avenir.
La commission Copé a proposé mercredi à Nicolas Sarkozy plusieurs taxes pour compenser l'arrêt de la publicité sur la télévision publique, ainsi qu'une indexation de la redevance, sur fond de grève et de manifestations des salariés inquiets pour leur avenir. — Thomas Coex AFP

C’est mercredi à 16h15 que Jean-François Copé rendra son rapport sur la télévision publique à Nicolas Sarkozy, mettant fin à plusieurs mois d’un «soap» à rebondissements. Que devrait préconiser le rapport?

• Rayon argent
L’enjeu
Trouver de quoi financer le manque à gagner généré par l’absence de pubs sur les chaînes publiques (France2, France3, France 5 et RFO), une idée voulue par le président de la République avant même d’installer la commission Copé chargée de cogiter sur l’avenir de la télé. Selon l’agence Aegis, il y aurait 1,2 milliard d’euros à combler, 650 millions selon la commission.

Les pistes

- Augmenter la redevance de 2-3 euros (indexée sur l’inflation), à payer avec la taxe d’habitation, selon le quotidien économique «Les Echos» qui s’est procuré un exemplaire avant l’heure.

- Taxer les opérateurs téléphoniques, dont la commission estime que le chiffre d’affaires est suffisamment large pour participer au gâteau. Cette taxe serait de 0,5 % de leur chiffre d’affaires (qui est d’environ 3 milliards d’euros selon le ministère de la Culture). Mais Bruxelles, qui fixe les règles pour les télécoms, s'est déclaré «peu enthousiaste» par cette idée.

- Taxer les chaînes privées comme M6 et TF1 qui bénéficieront d’un surplus d'annonceurs — lesquels auront été délogés des cases de France Télévisions. Elles seraient alors «taxées à hauteur de ce qu'elles vont recevoir en plus», ne précise pas le ministère de la Culture. Ce qui fait crier à l'injustice les patrons de ces chaînes: «Ce n'est pas au moment où les groupes audiovisuels français sont fragilisés qu'il faut freiner encore plus leur développement en leur imposant une nouvelle taxe (on parle de 80 millions d'euros)», dit le boss de Canal+, Bertrand Méheut.

• Rayon programmes
L’enjeu
Que «la télévision publique française soit un exemple dans le monde», selon le vœu de Nicolas Sarkozy, et de trouver les «Thierry La Fronde du futur».

Les pistes
- Faire voir des sports de niche, comme la voile, le golf, l’équitation, et des spécialités régionales comme la pelote basque (notamment sur France 3).

- Programmer des films d’auteur de pays en voie de développement (sur France 5).

- Diffuser davantage d’émissions de sciences, d’«éducation artistique», d’«accueil des handicapés», de politique et d’environnement. Et montrer des communautés (sur RFO).

- Développer des émissions de divertissement franco-françaises au lieu de décliner des concepts étrangers.

- Créer sept chaînes thématiques sur Internet et la télé par ADSL (spécialisées notamment en spectacle vivant, sciences, santé, emploi...)

- Surprise: les artistes ne devront plus être invités à des émissions de divertissements pour faire leur promotion.

Au final, après moult accrochages entre Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé, «le document est assez conforme aux souhaits du président de la République, résume «Les Echos». Un rapport qui ne plaît pas à tous les salariés de France télévisions. L'intersyndicale du groupe devrait pouvoir faire ses objections au Président mercredi, 15 minutes avant le rendu du rapport.

Qu'en pensez-vous?