Pas de quoi martyriser «Martyrs»

CINEMA 20 Minutes a vu en exclusivité le film d’horreur de Pascal Laugier menacé d’une interdiction aux moins de 18 ans

Caroline Vié

— 

Image extraite du film "Martyrs" de Pascal Langier
Image extraite du film "Martyrs" de Pascal Langier — Wild Bunch Distribution

Martyrs sera-t-il interdit ou non aux moins de 18 ans? La commission de classification des films devra se réunir à nouveau. En attendant, une projection a été organisée en exclusivité pour 20 minutes afin de tordre le cou aux rumeurs.

Le film de Pascal Laugier se révèle être un vrai film d’épouvante conçu pour secouer le public. Un film très dur et très gore où deux jeunes femmes (Mylène Jampanoï et Marjana Alouï) sont tour à tour bourreaux et victimes.

La violence de certaines scènes ne devrait pas effaroucher les amateurs de la saga Hostel (visible à partir de 16 ans), en offrant de surcroît une réflexion très écrite sur la douleur, la mort et la torture.

Hommage à Dario Argento

Martyrs s’inscrit dans la tradition d’un cinéma de genre, hommage à Dario Argento auquel il est dédié. Le réalisateur révèle un univers personnel et dérangeant, digne de maîtres reconnus comme Michael Haneke ou George A. Romero. Si une poésie macabre se dégage parfois l’atrocité des tortures montrées de façon graphique enlève tout aspect incitatif.

Quel est le but d'un film d'horreur?

C’est sans doute le choc que provoque le film qui a effrayé ses premiers spectateurs, mais n’est-ce pas le but d’un film d’horreur? Lui en tenir grief équivaudrait à reprocher à une comédie de faire rire ou à un mélodrame de faire pleurer.

Il ne faudrait pas oublier que les «horreurs cinématographiques» d’hier, comme «Massacre à la tronçonneuse», de Tobe Hooper, sont devenus des classiques, honorés par les cinémathèques du monde entier.