La fin de «Sous le soleil»

TELEVISION Sortez vos mouchoirs...

AA
— 
Tonya Kinzinger (Jessica) dans la série "Sous le soleil"
Tonya Kinzinger (Jessica) dans la série "Sous le soleil" — Marathon

La télé va bientôt être deuil national. Et pour cause: les 16 derniers épisodes de «Sous le soleil» sont en train d’être tournés à Saint-Tropez pour être diffusés à l’automne. La fin d’une série diffusée sur TF1 depuis… 1996.


De Bénédicte Delmas (Laure) à Tonya Kinzinger (Jessica) en passant par Christine Lemler (Valentine), tous les personnages sont en poste. Tous, sauf Adeline Blondieau (Caroline) qui n’a pas souhaité participer à cette séquence d’adieu. Du coup, les scénaristes ont décidé de mettre en scène son enterrement. Car c’est l’une des marques de fabrique de la série: les personnages  traversent tous les malheurs du monde (prison, accident, mort, etc.) même si, derrière, il y a les criquets qui chantent, des maisons avec piscine et vue sur la mer, et toujours, des actrices aux mines ensoleillées. 


La raison du succès: le modèle économique est rentable car les épisodes sont tournés à un rythme d’enfer hors saison, avec des comédiens parfois emmitouflés dans des anoraks entre deux prises. «Ils doivent tourner les épisodes avant que les villas soient louées pour l’été, commente TF1. C’est très intense: deux plateaux tournent en simultané, avec deux équipes techniques différentes, et des acteurs passent d’un plateau à l’autre.»


Pour rendre hommage à «Sous le soleil», 20minutes.fr a sélectionné quelques séquences en vidéo. Forcément cultes.


Caro est au bout du rouleau. Dans un fauteuil roulant, on ne sait pas si elle va remarcher un jour. Elle traîne sa peine sur le bord de la piscine, prête à tomber dans l’eau. Et sa sœur qui part faire des courses: «Ça m’ennuie de partir, je n’aime pas la laisser seule».





Le bar de la plage, fameuse ginguette où se nouent et dénouent les intrigues. Mais là, pas de pot, «on a un contrôle de l’Ursaff», annonce Laure, dépitée. «Ah merde, ça veut dire quoi?», répond le barman Benjamin qui n’est «pas comme tout le monde, qui n’a pas eu des parents pour le faire lire le soir».





Jess a un accent américain à couper le souffle, même après 465 épisodes. Mais surtout, elle danse. Et ça vaut le détour, surtout quand elle fait des subtiles déhanchés. Certaines chorégraphies ont même été signées par Kamel Ouali, passé ensuite à la Star Ac.





Le téléphone, un outil central de la série. Téléphone portable, fixe, cabine téléphonique: tout ce qui sert à communiquer des ultimatums et, au passage, à montrer en gros plan des visages tout lisses et usé jusqu’à la corde.





Notre personnage préféré, c’est Valentine, jouée par une comédienne rescapée de «Classe Mannequin». Fausse gentille, vraie méchante, elle passe sa vie à tenter de faire des BA pour rattraper ses coups. Cette fois, elle veut faire refaire la couleur du bar de la plage. Mais Jess n’est pas d’accord, car la peinture est toute neuve. «Autrement dit, mon avis ne compte pas», tempête Valentine.





 Et après?

Qui remplacera «Sous le soleil» sur TF1 qui a encore attiré environ 1,8 million spectateurs ces derniers mois? «C’est l’un des mystères de TF1, s’amuse la première chaîne. On mettra soit une série encore en tournage (la maison de production de «Sous le soleil» a d’autres idées en stock, ndlr) soit une série américaine». Pas de redif’ en boucle? «Ce n’est pas trop le genre de la maison.»


Qu'en pensez-vous? Cette série va-t-elle vous manquer?