Du jus, avec ou sans courant

© 20 minutes

— 

« Dans la vie, je suis aussi énergique qu’en scène », s’excuse Mathias Malzieu, chanteur de Dionysos, en renversant notre magnéto. L’exubérance propre aux concerts du groupe est capturée sur Whatever the Weather. Un même titre pour un DVD et deux disques live (l’un acoustique, l’autre électrique). Trois raisons de craquer pour la pop imagée d’un groupe débordant d’idées. Comme celle de filmer tout un concert, caméra au poing. « Dans l’esprit, c’est du Dogme : pas d’effets, pas de ralenti. » Mathias, ex-étudiant en cinéma, a bricolé les bonus avec des chutes de film Super 8. « On a un rapport passionné avec les images. On réalise même nos pochettes. » Cette fois, Dionysos a craqué pour le dessinateur Joann Sfar. « Il y a trois ans, j’aurais refusé. Pour moi, les concerts, c’était des moments sacrés qu’on ne devait pas retoucher. » Retour en mars 2003. Lors d’une mini-tournée acoustique, Dionysos réarrange son répertoire. « Un projet éphémère, dont on a eu envie de garder une trace. » En l’occurrence un album unplugged, mais qui décoiffe, avec sa reprise du thème de Spider-Man. « Après, on a voulu passer à l’électrique. » La sélection s’est faite à l’émotion. « Il fallait que chaque morceau nous hérisse les poils. Tant pis pour le larsen. » Isabelle Chelley