Marjane Satrapi, Joann Sfar, Riad Sattouf: La BD bulle au cinéma

Alice Antheaume

— 

"Persépolis", dessin animé de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud adapté des bandes dessinées de la Franco-iranienne, concourra dans la catégorie du meilleur film d'animation face aux productions hollywoodiennes "Ratatouille" et "Les rois de la glisse".
"Persépolis", dessin animé de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud adapté des bandes dessinées de la Franco-iranienne, concourra dans la catégorie du meilleur film d'animation face aux productions hollywoodiennes "Ratatouille" et "Les rois de la glisse". — Derrick Ceyrac AFP/Archives

Après sa parenthèse cannoise en tant que membre du jury du Festival, Marjane Satrapi vient d’annoncer qu’elle allait tourner un nouveau film en tant que réalisatrice. Toujours en compagnie de son comparse Vincent Paronnaud, qui avait déjà œuvré sur «Persepolis». Toujours une histoire tirée de l’une de ses BD - «Poulet aux prunes», sacré meilleur album de l’année 2005 au Festival d’Angoulême. Mais cette fois, pas d’animation comme c’était le cas de «Persepolis». Ce nouveau film fera intervenir de réels acteurs et non des personnages en dessins animés.

De la BD au ciné
Outre Marjane Satrapi, plusieurs dessinateurs de BD passent actuellement au cinéma. Ainsi, Joann Sfar signe son premier long-métrage, l’adaptation sur grand écran de sa BD «Le Chat du rabin». De même, Riad Sattouf a scénarisé un film, dont la date de sortie est prévue au troisième trimestre 2009, à partir de son album «Les collégiens», un concentré d’«intrigues amoureuses et amicales d’Hervé, 14 ans, collégien débordé par ses pulsions, physiquement ingrat et moyennement malin».

Autres «bédéastes» récemment passés au ciné: Benoît Sokal, auteur de «L’inspecteur Canardo», et François Schuiten, dessinateur de la série «Cités obscures», unissent leurs forces pour imaginer «Aquarika», un long-métrage d’animation sur la nature et l’écologie.