Le rendez-vous de la famille de Molière

Oihana Gabriel - ©2008 20 minutes

— 

Lundi soir, aux Folies Bergère, on pouvait croiser des girafes ! La troupe du Roi lion a ouvert le bal des Molières. Zèbres et rhinocéros sont repartis avec trois statuettes, dont celle du meilleur spectacle musical. Mais Michel Galabru fut la star de cette 22e Nuit des Molières. Meilleur comédien pour son rôle dans Les Chaussettes - Opus 124, il remercie, dans un discours hilarant « les mauvais textes, qui m'ont permis de vivre... » Dans les coulisses, son molière en main, l'acteur de 85 ans toujours aussi vif d'esprit ironise auprès d'un ami : « Il est lourd, dommage qu'il ne soit pas en or ! » Pour finir sur un ton ému, « le théâtre, c'est une grande famille ». Et, tout un symbole, le cliché s'est révélé exact : Clovis Cornillac, président de la cérémonie, félicite avec fierté Myriam Boyer, meilleure actrice pour La vie devant soi... sa mère ! Au sortir de la cérémonie, l'intéressée confie alors : « Quand j'ai entendu mon nom, c'est comme si j'avais reçu un coup sur la tête. J'étais d'autant plus émue que mon fils était président de cette soirée. » La grande famille, c'est un peu le leitmotiv de cette soirée, censée réconcilier théâtre subventionné et privé. Mais sur dix-sept molières, seuls cinq auront été attribués au théâtre public. Pour Clotilde Hesme, nommée pour La Seconde Surprise de l'amour, « c'est une belle utopie de vouloir que tout le monde s'entende, mais il n'y a que des petites familles dans le théâtre, pas une seule grande. Cette soirée, ce n'est qu'un bonus. »