Le prix du public pour les «Ch’tis»

AA avec agence

— 

Kad Merad et Dany Boon dans "Bienvenue chez les Ch'tis"
Kad Merad et Dany Boon dans "Bienvenue chez les Ch'tis" — DR

Un prix venu d’outre Atlantique pour «Bienvenue chez les Ch'tis». La comédie de Dany Boon, qui a fait un record d'entrées en France (18,5 millions d’entrées en sept semaines d’exploitation), a reçu le prix du public au festival du film français de Los Angeles, un événement qui permet au public californien et aux décideurs d’Hollywood de découvrir des oeuvres cinématographiques françaises (48 films y étaient présentés).

>> A lire aussi: Pourquoi ce film marche? >>

Quand les «Ch’tis» a été projeté, le 14 avril, en ouverture de ce 12e festival, une partie du public, composé à 70% de professionnels américains du cinéma, a semblé dérouté par un humour et des situations éloignées de la culture locale. «J'avais des Américains à ma droite et à ma gauche (... ) il y en avait qui ne riaient pas du tout, il y en avait qui étaient morts de rire», a commenté le cinéaste français Claude Lelouch, présent lors de la projection.

Mais le film a par la suite reçu un accueil «hystérique» de lycéens américains lors de projections pendant la semaine, a affirmé le directeur du festival, François Truffart.

Remake?

Plutôt que de vendre les droits des «Ch’tis» à un distributeur américain, en y accolant des sous-titres ou en intégrant des voix américaines, il serait plutôt question d’en faire un «remake».

«Le film a été déjà vendu au Canada, les droits de remake aux Etats-Unis sont fort probables», a dit le producteur exécutif du film, Eric Hubert. Selon lui, transposer l’histoire aux Etats-Unis ne poserait pas de problème: «C'est un message universel. On s'imagine bien quelqu'un de New York qui débarque au Texas, ça fonctionnerait très bien». Un avis partagé par Claude Lelouch: «Dans tous les pays il y a un Nord et un Sud, dans tous les pays il y a des accents (…). Je pense qu'au niveau du remake, il y a quelque chose d'énorme à faire. Entre le Nord et le Sud ici aussi, ils ont des comptes à régler».

Autre prix: le film franco-tunisien d'Abdellatif Kechiche «La graine et le mulet» a pour sa part obtenu le prix de la critique du festival.