Six bonnes raisons de lancer un projet rock en parallèle à son groupe

Boris Bastide

— 

Alex Turner des Arctic Monkeys et Miles Kane de The Rascals forment The Last Shadow Puppets.
Alex Turner des Arctic Monkeys et Miles Kane de The Rascals forment The Last Shadow Puppets. — Deirdre O?Callaghan

Sur la scène rock, l'heure est aux infidélités. A l'image d'Alex Turner et Miles Kane, les chanteurs des Arctic Monkeys et de The Rascals qui sortent cette semaine l'album «The Age of Understatement» sous le nom de The Last Shadow Puppets, de nombreux musiciens n'hésitent plus à lancer des projets parallèles. Avec quelques principes. A de rares exceptions près, ces formations récréatives ont une notoriété bien moindre et ne mettent pas en péril le groupe d'origine. Ainsi Paul Thomson, batteur des Franz Ferdinand et membre de Correcto, déclarait au «Sunday Mail»: «Correcto, c'est du loisir. Mon vrai boulot, c'est Franz Ferdinand.» Tour d'horizon de six bonnes raisons de monter un projet parallèle.


Raison numéro 1: Pour retrouver ses potes
Les musiciens délaissent rarement leur première formation pour des inconnus. Avant de lancer The Last Shadow Puppets, Alex Turner et Miles Kane sont d'abord d'excellents amis. «On s'est tout de suite très bien entendus, explique le chanteur des Arctic Monkeys à “20 Minutes”. On s'est mis à écrire ensemble. Contents du résultat, on s'est dit "pourquoi pas faire un album."»


The Last Shadow Puppets - The Age of the Understatement
envoyé par DOMINO-FRANCE

Raison numéro 2: Pour changer de style

Monter un projet parallèle, c'est l'opportunité de s'essayer à d'autres genres. Cosmic Neman, batteur de la formation antifolk Herman Düne, rend hommage avec Zombie Zombie aux BO de John Carpenter, au krautrock et au post-punk du début des années 1980 (Suicide...). Un projet parallèle, c'est aussi une manière de préserver l'identité de son groupe. Cas extrême, deux membres du trio Archie Bronson Outfit ont crée The Pyramids pour jouer des chansons plus brutes que celles de leur première formation. A l'écoute, pourtant, l'esprit reste le même.


Raison numéro 3: Tout simplement pour s'occuper

Les pauses entre deux enregistrements peuvent être longues. Trop pour les musiciens les plus créatifs. Spencer Krug, membre entre autres de Wolf Parade, a sorti coup sur coup deux disques sous l'identité de Sunset Rubdown. «Pour être honnête, avec Wolf Parade, on n'a pas fait grand chose depuis un an, se justifiait-il alors au site Pitchfork. Moi, je n'ai pas d'autres métiers et l'hiver il n'y a pas grand chose à faire. Alors je continue de créer...»


Sunset Rubdown - Shut up, I am dreaming (Live)


Raison numéro 4: Pour devenir le chef

Monter un projet parallèle peut enfin être un moyen de prendre le contrôle du processus créatif. Car jouer les simples exécutants se révéle vite frustrant. «Seul, il y a beaucoup plus de satisfactions, s'enthousiasmait Albert Hammond Jr dans une interview donnée à "The Independant" avant la sortie d'un album sous son nom. J'écris des chansons depuis que j'ai 15 ans mais c'est la première fois que je peux exposer cette facette. Avec les Strokes, je ne suis que guitariste.»


Raison numéro 5: Pour s'aérer

L'identité d'un groupe peut être assez restrictive. Jack White décrit les White Stripes - formation construite autour de nombreuses contraintes (respect d'un code couleur, tout faire à deux, etc.) - comme «une petite boîte dans laquelle il opère». The Raconteurs lui permettent de continuer à explorer le blues dans une dynamique différente. Nick Cave, lui, n'avait jamais joué de la guitare électrique avant de lancer son projet Grinderman avec ses musiciens habituels.


Raison numéro 6: Pour se libérer
Thom Yorke et Emily Haines, leaders de Radiohead et de Metric, ont ressenti le besoin de sortir un album solo. L'occasion de se libérer de certaines obessions. Thom Yorke explique ainsi qu'il travaillait depuis des mois aux boucles qui finiront sur «The Eraser», mais ne voyait pas quoi en faire pour Radiohead. Emily Haines, de son côté, s'est lancée après la mort de son père pour aborder des thématiques plus sombres que la pop de Metric.



Emily Haines & The Soft Skeleton - Our Hell
envoyé par joshalien