VIDEO. Après Spirou et Gaston, place à Tintin, Arthur et «Black Hole» sur les écrans

Le Bulletin des Bulles Frank Miller s'attaque à la légende arthurienne, Peter Jackson reprend les aventures du héros de Hergé et Brad Pitt produit une BD confidentielle mais multi-récompensée...

Olivier Mimran

— 

Batman par Frank Miller, Tintin en 3D et un autoportrait de Charles Burns
Batman par Frank Miller, Tintin en 3D et un autoportrait de Charles Burns — Batman © F. Miller & DC Comics / Tintin © Sony Pictures releasing France / Charles Burns © Charles Burns

Les récentes sorties des Aventures de Spirou et Fantasio ou de  Gaston Lagaffe rappellent combien l’industrie du cinéma aime puiser dans ce vivier sans fond qu’est la bande dessinée. C’est vrai en Europe mais plus encore aux Etats-Unis, où pas un jour ne passe sans que soit annoncé un projet d’adaptation cinématographique ou télévisuelle. La preuve par trois :

La Dame du lac sort de l’eau grâce à Netflix

Le créateur de Sin City et Dark knight ne chôme pas puisqu’outre ses projets de comics en cours (Superman Year One et Xerxes, la préquelle de 300), Frank Miller travaillerait sur une nouvelle série dans laquelle il revisiterait la légende Arthurienne.
Baptisée Cursed, cette saga coécrite avec Tom Wheeler (le scénariste de Lego Ninjago et Le chat potté) s’attacherait plus particulièrement au personnage de la Dame du lac et devrait d’abord voir le jour en bande dessinée… avant de devenir, dans la foulée, une série télévisée !


Selon le site deadline.com, la plateforme SVOD américaine Netflix a en effet préempté 10 épisodes centrés sur le destin de Nimue, une adolescente dotée d’un don mystérieux… qui deviendra par la suite la fameuse Dame du lac.
On devrait y suivre sa quête d’une épée légendaire en compagnie d’un jeune mercenaire nommé… Arthur ! Tiens, tiens… Si le premier volume du comics est annoncé pour la fin 2019, la date de mise en ligne de la série télé reste, elle, inconnue.

L’icône de la BD franco-belge revient sur les écrans

Tintin revient bientôt sur grand écran, si l’on en croit les récentes révélations que Steven Spielberg a fait à nos confrères du magazine Première durant la promo de Ready player one. Enfin, bientôt… tout est relatif, car le réalisateur du premier volet de la trilogie consacrée au héros de Hergé (Les aventures de Tintin : Le secret de la Licorne, tout en images de synthèse et sorti en 2011) a souligné que la suite ne serait pas présentée avant… au moins trois ans !

Il faut dire qu’elle sera réalisée - comme convenu au lancement du projet, voilà près de dix ans - par le néo-zélandais Peter Jackson. Or celui-ci ayant été pas mal occupé ces dernières années (par la réalisation des deux trilogies du Seigneur des anneaux et du Hobbit), il n’aurait même pas commencé l’écriture du scénario de « son » épisode.
En tout cas, Spielberg a confirmé que le film de Jackson s’appellerait Les aventures de Tintin : Prisonnier du soleil et compilerait ces deux albums mythiques de la série BD que sont Les Sept boules de cristal et Le Temple du soleil.

Feu vert pour le « trou noir » de Charles Burns

Plusieurs fois promise mais jamais concrétisée, l’adaptation cinématographique de la troublante saga BD Black hole, de l’américain Charles Burns, devrait enfin voir le jour : le site hollywoodreporter.com révèle en effet que les sociétés de production New Regency et Plan B Entertainment (qui appartient à Brad Pitt) en ont confié l’écriture du scénario et la réalisation à Rick Famuyiwa (Dope).

Publié de 1995 à 2005, couronné par un Harvey Award et un Eisner Award (les deux plus prestigieux prix récompensant des BD aux États-Unis), ce récit met en scène un mystérieux virus - baptisé « la crève » - dont la particularité est qu’il n’affecte que les adolescents, chez lesquels il provoque d’horribles mutations…

L’annonce met donc fin à un vieux serpent de mer puisque l’adaptation au cinéma de Black hole a été successivement confiée, dès 2005, à des réalisateurs aussi célèbres qu’Alexandre Aja ou David Fincher (en trio avec l’auteur Neil Gaiman et Roger Avery, le coscénariste du Pulp Fiction de Quentin Tarantino)… avant que chaque projet, jugé « irréalisable », ne soit abandonné.