Scandale des données: Playboy refuse d'être «complice» et quitte Facebook

RESEAU SOCIAL Le groupe américain refuse d’être « complice » après le scandale sur la gigantesque fuite des données personnelles de millions d’utilisateurs du réseau social...

L.B. avec AFP

— 

Kate Moss en une de «Playboy» en 2014. Illustration
Kate Moss en une de «Playboy» en 2014. Illustration — RIGELHAUPT SAMUEL/SIPAUSA/SIPA

Le groupe américain Playboy, pionnier de la presse érotique grand public, a annoncé mercredi qu’il fermait toutes ses pages sur Facebook. Il refuse d’être « complice » après le scandale sur la gigantesque fuite des données personnelles de millions d’utilisateurs du réseau social.

>> A lire aussi : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur «Playboy» sans jamais oser le demander

La firme au célèbre logo à tête de lapin explique, dans un communiqué, que « les informations récentes sur la mauvaise gestion présumée par Facebook des données de ses utilisateurs a renforcé notre décision de suspendre nos activités sur la plateforme pour l’instant ».

« Modifier la voix de Playboy »

« Plus de 25 millions de fans sont en relation avec Playboy à travers nos différentes pages Facebook, et nous refusons d’être complices en les exposant à ces pratiques présumées », explique le groupe. « C’est pourquoi nous avons annoncé que nous allons quitter la plateforme Facebook, en désactivant les comptes Playboy que Playboy Enterprises gère directement ».

>> A lire aussi : Qui est Christopher Wylie, le lanceur d'alerte de Cambridge Analytica?

« Depuis des années, il est difficile pour Playboy d’exprimer nos valeurs sur Facebook à cause de ses strictes consignes sur les contenus », souligne le communiqué. Mais si le groupe avait choisi de « modifier la voix de Playboy » afin de répondre aux critères de Facebook, notamment sur la nudité, pour pouvoir être présent sur le réseau, le scandale récent l’a décidé à claquer la porte.

« Playboy a toujours défendu les libertés individuelles et la célébration du sexe. Aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape dans cette lutte », conclut le communiqué.