Scandale des données: Playboy refuse d'être «complice» et quitte Facebook

RESEAU SOCIAL Le groupe américain refuse d’être « complice » après le scandale sur la gigantesque fuite des données personnelles de millions d’utilisateurs du réseau social...

L.Be. avec AFP
Kate Moss en une de «Playboy» en 2014. Illustration
Kate Moss en une de «Playboy» en 2014. Illustration — RIGELHAUPT SAMUEL/SIPAUSA/SIPA

Le groupe américain Playboy, pionnier de la presse érotique grand public, a annoncé mercredi qu’il fermait toutes ses pages sur Facebook. Il refuse d’être « complice » après le scandale sur la gigantesque fuite des données personnelles de millions d’utilisateurs du réseau social.

La firme au célèbre logo à tête de lapin explique, dans un communiqué, que « les informations récentes sur la mauvaise gestion présumée par Facebook des données de ses utilisateurs a renforcé notre décision de suspendre nos activités sur la plateforme pour l’instant ».

« Modifier la voix de Playboy »

« Plus de 25 millions de fans sont en relation avec Playboy à travers nos différentes pages Facebook, et nous refusons d’être complices en les exposant à ces pratiques présumées », explique le groupe. « C’est pourquoi nous avons annoncé que nous allons quitter la plateforme Facebook, en désactivant les comptes Playboy que Playboy Enterprises gère directement ».

« Depuis des années, il est difficile pour Playboy d’exprimer nos valeurs sur Facebook à cause de ses strictes consignes sur les contenus », souligne le communiqué. Mais si le groupe avait choisi de « modifier la voix de Playboy » afin de répondre aux critères de Facebook, notamment sur la nudité, pour pouvoir être présent sur le réseau, le scandale récent l’a décidé à claquer la porte.

« Playboy a toujours défendu les libertés individuelles et la célébration du sexe. Aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape dans cette lutte », conclut le communiqué.