Plagiat chez les humoristes: Tomer Sisley pousse un coup de gueule contre «Envoyé Spécial»

TELEVISION L’humoriste a réagi sur Instagram à un reportage de l’émission de France 2 consacré au plagiat chez les comiques français…

F.R.

— 

Tomer Sisley, en mai 2017.
Tomer Sisley, en mai 2017. — PJB/SIPA

Tomer Sisley ne blague pas. Alors que ce jeudi Envoyé Spécialconsacrait un reportage aux accusations de plagiat ciblant des humoristes français, il a posté sur Instagram une vidéo pour mettre les points sur les i.

Il prend notamment la défense des coauteurs de ses spectacles. « Les vannes qui n’ont pas été écrites par Kader Aoun, Philippe Michelin ou moi, c’est moi qui les ai reprises et personne d’autre. Yvan Martinet [le journaliste d’Envoyé Spécial], je le lui ai dit quand il préparait son émission, il n’a pas voulu en tenir compte. (…) Je suis seul responsable d’avoir fait ce que j’ai fait. »

« Cracher sur mon coauteur »

Tomer Sisley ne nie donc pas avoir plagié certaines blagues de comiques américains pour les intégrer à son stand-up, mais fait un procès d’intention au journaliste : « Yvan Marti­net m’a contacté il y a deux mois (…). J’ai pris le temps de répondre à toutes ses ques­tions au télé­phone et je lui ai même envoyé une lettre doublée d’un mail pour lui rappe­ler tout ce qu’on s’était dit, explique le comédien. Pourtant, il raconte le contraire dans son émis­sion ! En allant même jusqu’à racon­ter de fausses anec­dotes. (…) Appa­rem­ment, Yvan a plus envie de cracher sur mon coauteur que de faire son vrai travail. »

>> Lire aussi : Pourquoi la france tolère-t-elle le vol de vannes chez les comiques ?

Dans le commentaire de son post sur Instagram, il s’adresse aussi au jeune humoriste Mo Maurane qui, selon lui, se cache derrière le pseudonyme de CopyComic, qui a révélé ces plagiats : « Que d’ai­greur et de malveillance !!! »

Contacté jeudi par 20 Minutes, Mo Maurane a assuré qu’il n’avait rien à voir avec CopyComic. « Quand l’affaire est sortie en fin d’année, j’ai tout de suite suivi CopyComic sur Twitter. C’est l’une des choses qui a dû m’incriminer. Pourtant, si j’avais voulu rester anonyme, je n’aurais pas suivi ce compte. Je ne me posais pas de question, je trouvais intéressant ce secret révélé », affirme l’artiste qui dit avoir également été menacé par Kader Aoun.