«Frantics»: On a testé le jeu de société réinventé par Sony (et c'est fun)

JEUX VIDEO Avec « Frantics », Sony enrichit sa gamme de jeux de société 2.0 PlayLink. Un « party game » amusant que nous avons testé avec des groupes de cobayes de 7 à 47 ans.

Jean-François Morisse

— 

Un drôle de renard présente ces épreuves. Les parties qui ne durent pas plus de 15 minutes. Parfait pour animer une soirée.
Un drôle de renard présente ces épreuves. Les parties qui ne durent pas plus de 15 minutes. Parfait pour animer une soirée. — Sony C.E.
  • Avec « Frantics », Sony propose un nouveau « party game ».
  • Même si elle n’est pas très originale, la formule fonctionne à merveille.
  • Sur plusieurs soirées, nos cobayes testeurs ont tous adoré.

Peut-on vraiment réunir toute la famille ou tous ses amis autour d’un seul et même jeu vidéo ? On serait tenté d’en douter et pourtant : avec Frantics, Sony réhabilite le jeu de société sous forme numérique.

>> A lire aussi : Le jeu vidéo sera en 4K ou ne sera pas (et la VR alors?)

On a donc réuni au salon des joueurs et des joueuses pour, entre deux verres (de soda) et quelques chips, enchaîner les parties. Après plusieurs sessions de jeu avec des joueurs de 7 à 47 ans on peut dire avoir passé de sacrés bons moments avec ce nouveau titre de la gamme Playlink, et sans doute le plus réussi. Le Monopoly et le Cluedo ont encore pris un sacré coup de vieux…

Mais Frantics c’est quoi ? C’est un party game. Comprenez un jeu qui se compose de plusieurs petites épreuves d’adresse et qui se joue en groupe. Course d’obstacles, séance de football avec un ballon d’acier, jeu d’équilibre sur une plate-forme… Il faut ici franchir en tête la ligne d’arrivée ou là propulser dans le vide ses adversaires… D’autres épreuves vous demandent de ramasser des bombes et de les renvoyer avant l’explosion fatale ou bien encore de prendre les commandes d’un jet pack et de foncer au milieu de champignons géants (sans doute hallucinogènes)…

Prêt à tous les coups tordus pour l’emporter

Au fil de ces épreuves, on remporte des couronnes qui permettent, lors de la grande finale, de s’affronter en groupe jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un, comme aurait pu le dire Highlander. Le concept n’a rien de révolutionnaire, les Mario Party et autres Buzz! proposant depuis longtemps des expériences similaires. Pourtant avec sa quinzaine d’épreuves, Frantics s’en sort plutôt bien. Il ne s’agit pas ici d’être original (tout le monde n’a pas joué à tous les party games de la planète), mais d’être efficace.

Courses, jeu d'adresse et de réflexes, les 14 épreuves restent malgré tout variées.
Courses, jeu d'adresse et de réflexes, les 14 épreuves restent malgré tout variées. - Sony C.E.

Le jeu est très accessible. Tous nos testeurs, gamers ou non gamers, hommes ou femmes, quel que soit leur âge, ont pris les choses en mains en quelques minutes. « Je ne pensais vraiment pas que j’y arriverai, avoue Viviane et franchement c’est super amusant ! » « C’est vrai, ça fonctionne bien », renchérit Arnaud. Le gamer le plus averti de la bande apprécie plus particulièrement le design du jeu, « juste délirant et fun ». On dirige ses drôles de petits animaux au look loufoque sans mal à l’aide d’un smartphone et d’une petite application gratuite téléchargée au préalable.

Des smartphones en guise de manettes

Nul besoin de collectionner les manettes de jeu pour profiter des jeux de la gamme Playlink à plusieurs. Une vraie bonne idée même s’il faut, en début de partie, connecter tous les téléphones au réseau de la maison. Pas évident quand votre code de sécurité contient 25 chiffres et lettres…

On adore le look un peu déglingué des héros de ce Frantics.
On adore le look un peu déglingué des héros de ce Frantics. - Sony C.E.

On l’avoue, on a durant ces séances de jeu beaucoup crié, ri, hurlé voire insulté certains des participants. Comme bien des party games, Frantics fait la part belle aux coups fourrés. Il n’est pas rare de tenter de mettre des bâtons dans les roues à ses concurrents lors de différentes épreuves. On peut ainsi les congeler alors qu’ils se déplacent sur une plate-forme gelée ou ajouter des roues de tracteurs à leur kart lors d’une course. Même lorsque les joueurs sont éliminés de la partie, ils peuvent continuer à s’acharner sur les autres toujours en lice. « Je ne sais pas pourquoi, j’ai l’impression d’être le bouc-émissaire de ces parties », commente Arnaud, amusé.

Une ambiance qui prend… ou pas

Ambiance garantie lors de ces moments où la fourberie s’érige en véritable performance artistique. L’ambiance, c’est un peu le nerf de la guerre de ces jeux qui vous demandent de réunir plusieurs autres joueurs autour de votre PlayStation 4.

Poussez vos adversaires hors de la plate-forme gelée... Fous-rires garantis.
Poussez vos adversaires hors de la plate-forme gelée... Fous-rires garantis. - Sony C.E.

Mieux vaut jouer avec des gens que l’on apprécie. On se demande à ce titre si certains journalistes de la presse spécialisée ont joué avec les bonnes personnes. Car, comme la plupart des activités de groupe, Frantics est une expérience dont la qualité est conditionnée à l’ambiance dans le groupe. Et à ce titre, nos testeurs, tous volontaires, sont unanimes : la formule fonctionne bien.

Malgré tout, on préférera rassembler des amis (ou la famille) autour de ce jeu, plutôt que des collègues qu’on connaît moins intimement. Aux enfants, parents et grands-parents, ajoutez quelques personnes de bonne composition et Frantics sur PlayStation 4 tout comme Buzz ! en son temps, pourrait bien renvoyer vos antiques jeux de société au grenier.

Jeux Vidéo Magazine, le magazine numéro 1 de la presse jeux vidéo.
Jeux Vidéo Magazine, le magazine numéro 1 de la presse jeux vidéo. - LDS

Retrouvez chaque mois toute l'actualité du jeu vidéo avec Jeux Vidéo Magazine.