Héritage de Johnny: Selon Sylvie Vartan, «tout ce qui a été fait, lui a été dicté»

DIFFEREND La mère de David Hallyday est revenue sur la question de l'héritage de Johnny...

L.Be.

— 

Sylvie Vartan après la cérémonie en hommage à Johnny, à Paris le 9 décembre 2017.
Sylvie Vartan après la cérémonie en hommage à Johnny, à Paris le 9 décembre 2017. — Ludovic Marin/AP/SIPA

La première épouse de Johnny Hallyday s’est exprimée au micro de LCI jeudi soir. Alors que le premier round judiciaire sur l’héritage du chanteur a finalement été renvoyé au 30 mars, à la demande des avocats de David Hallyday et Laura, Sylvie Vartan est revenue sur le dernier testament. Elle n’a pas caché son scepticisme.

>> A lire aussi : Sylvie Vartan, Jacques Dutronc, Jean Reno... Qui soutient qui dans cette histoire?

« Si on voit les faits, quelqu’un qui a fait six testaments en l’espace de quelques années, ça ne montre pas une sérénité particulière donc on ne peut être que sceptique, a-t-elle déclaré sue le plateau de 24h Pujadas. Selon elle, Johnny n’était pas matérialiste, il ne comptait pas. « Tout ce qui a été fait, lui a été dicté soit par des gens dans son entourage ou par des gens avec lesquels il travaillait. (…) Il voulait qu’on lui fiche la paix. Ce qui l’intéressait, c’était sa musique et ses chansons. »

David et Laura déshérités

Depuis plusieurs semaines, la guerre est officiellement ouverte entre les deux aînés de la star et sa veuve Laeticia, devenue l’unique bénéficiaire de l’ensemble du patrimoine et des droits d’auteur de la légende du rock français, décédée le 6 décembre à l’âge de 74 ans.

>> A lire aussi : Quand les histoires de famille des stars finissent devant la justice

Dans leur assignation en référé (procédure d’urgence), David et Laura Smet demandent un droit de regard sur l’album que préparait leur père au moment de sa mort, ainsi que des « mesures conservatoires » sur les biens immobiliers et « la mise sous séquestre » des « redevances perçues au titre des droits d’auteur » de l’artiste. Et ce, dans l’attente que soit examinée par la justice une autre procédure, intentée sur le fond, concernant l’héritage. Cet examen par le TGI pourrait prendre des mois, voire des années.