VIDEO. Hip-hop: Marwa Loud espère devenir « la Diam’s 2.0 », d’ici quelques années

PHENOMENE La jeune chanteuse n’a sorti son premier album que vendredi mais cumule déjà des dizaines de millions de vues et d’écoutes avec ses morceaux…

Benjamin Chapon

— 

Marwa Loud a sorti son premier album le 9 mars
Marwa Loud a sorti son premier album le 9 mars — Because
  • Marwa Loud a sorti son premier album vendredi dernier.
  • La chanteuse strasbourgeoise de 21 ans a déjà plusieurs morceaux et clips à son actif, avec des dizaines de millions d’écoutes.
  • Détendue et ambitieuse, Marwa veut laisser parler son naturel pour atteindre les sommets.
  • « 20 Minutes » a rencontré le phénomène à l’occasion d’un concert surprise à Paris.

Marwa n’a pas peur d’avoir de l’ambition. A 21 ans, la jeune chanteuse était pressée de sortir son premier album, Loud : « Il est prêt depuis un an, j’avais hâte et j’étais un peu anxieuse de faire écouter ça au public. » Et à en juger par l’affluence record, mercredi soir, à son concert surprise à la Cigale à Paris, remplie en quelques minutes, on a bien affaire à un phénomène Marwa Loud, son nom de scène.

 

>> A lire aussi : « Le sexisme dans le rap, il vient du public » selon Chilla

« Je me suis fait connaître avec des morceaux joyeux, dansants, pour faire la fête. Mais j’ai aussi des chansons plus mélancoliques, plus personnelles. Je voulais raconter des histoires. », explique-t-elle. Aux jeunes femmes qui, déjà, l’adulent, Marwa n’a pas particulièrement e message à faire passer : « J’espère que ma musique suffit. Elle dit qu’il faut rester soi-même, et avancer avec confiance. »

« Je sais ce que je vaux »

Si elle se compare sans fausse modestie à Diam’s, qu’elle adore et qui l’a beaucoup inspirée, Marwa est consciente que « l’époque a changé » et qu’elle va devoir corser son rap, pour égaler sa glorieuse aînée. « J’aimerais devenir la Diam’s 2.0 mais je me laisse du temps. Depuis mes débuts, alors que je suis plutôt timide et pas sûre de moi, je sais ce que je veux et ce que je vaux… en musique. »

Originaire de Strasbourg, même si son duo avec Jul et le son enjailleur de ses morceaux ont fait croire à de nombreux fans qu’elle était marseillaise, Marwa a construit son succès toute seule, à son rythme : rapide. « Je viens d’une famille où la musique est très présente, ça chante tout le temps. Mes oncles ont un groupe de blues. Et puis j’ai demandé de l’aide à des gens pour pouvoir enregistrer ma musique. J’ai voulu rester brute, telle que je suis. Je n’ai pas fait de télécrochet ni pris de cours de chant. C’est ma seule stratégie », confie-t-elle.

Proche de son public

Déjà plusieurs fois disque d’or avec ses singles, Marwa Loud semble prendre les événements avec recul et sérénité ; la remarque la fait sourire : « Je suis plutôt du genre hyperactive et énergique, ça se voit sur scène. »

>> A lire aussi : Peut-on être féministe et aimer Booba ?

À quelques heures de son concert parisien, alors que des fans l’attendent déjà devant la salle, Marwa analyse ce succès hors du commun : « J’imagine que les gens voient bien que je suis naturelle. » Encore un point commun avec Diam’s qui fonctionnait à l’énergie et au naturel.

« Elle est comme nous, en mieux », clament Safia et sa copine Mathilde, 30 ans à elles deux. Elle a le même délire, et elle est hyper marrante, elle a une super voix… Et elle s’habille comme nous. » Jean ou jogging, pull ample, Marwa s’éloigne des clichés de rappeuses apprêtées ou fashionistas : « Je m’habille sur scène comme dans la vie de tous les jours pour ne pas mettre un filtre entre moi et le public, je ne veux pas avoir ce problème-là en tête. Mais bon, je ne suis pas dégueulasse non plus, je me fais les ongles, je fais gaffe à mes cheveux… »

« Je ne suis pas attirée par la célébrité »

Marwa ne veut pas porter l’étendard que des rappeuses féministes lui tendent déjà, ni s’emballer devant la pluie d’éloges qui la propulse déjà nouvel espoir du hip-hop : « Je ne suis pas attirée par la célébrité, je sais d’où je viens et je respecte les artistes pas connus mais qui me touchent. Je n’ai pas signé sur le label de Lartiste pour ses millions de vues, mais parce qu’on a eu un super feeling. »

Déconcertante de naturelle quand elle explique qu’elle écrit ses morceaux en deux heures et pourrait donc avoir un nouvel album la semaine prochaine, Marwa avance « sans calcul. » Jusque-là, l’addition atteint pourtant des sommets.