Marseille: L’artiste JR s’expose au J1 pour nous faire voyager à travers notre propre destin

EXPO L’artiste JR investit le hangar du J1 à Marseille pour deux mois, dans ce haut lieu des migrations qu’a connue la ville…

Adrien Max

— 

JR pose devant son installation faite de passerelles.
JR pose devant son installation faite de passerelles. — JR-ART.NET
  • L’artiste JR a installé une de ses créations au sein du hangar du J1 à Marseille jusqu’au 13 mai dans le cadre de MP2018.
  • Il invite les visiteurs à se questionner sur leur propre cheminement à travers des portraits pliés en petits bateaux qui naviguent sur un gigantesque bassin.

JR au J1. L' artiste rendu célèbre par ses portraits et ses collages aux quatre coins du monde investi le hangar du J1 à Marseille. Il y expose une création… déroutante intitulée Amor Fati, ou l’amour du destin, à partir de ce mercredi et jusqu’au 13 mai dans le cadre de MP2018. Déroutante par le lieu ainsi que par l’œuvre.

>> A lire aussi : Polémique sur Bertrand Cantat: «Ce n’est pas parce qu’on l’applaudit qu’on accepte ce qu’il a fait»

Dès l’entrée de l’exposition, l’artiste vous invite à vous tirer le portrait dans un photomaton sur un format A3. Un agrément semble tout sympathique, mais qui se révèle en fait être l’essence de l’œuvre… Il faut ensuite le plier tel un origami pour en faire un bateau, que le visiteur vient déposer sur un gigantesque bassin installé sous l’architecture du J1.

Les portraits sur le bassin, et les passerelles qui le surplombent.
Les portraits sur le bassin, et les passerelles qui le surplombent. - Adrien Max / 20 Minutes

« Ce petit bateau fait ensuite son petit chemin, il n’y a pas de courant précis. L’idée est que chaque bateau fasse sa propre traversée, à l’image de la personne qu’il représente. C’est une introspection, chacun le vit différemment », avance JR

Recréer du lien

Le bassin est surmonté de passerelles sur lesquelles le visiteur est invité à voyager. « Plus on prend de la hauteur, plus on perd son bateau au milieu des autres. Je me suis inspiré des passerelles des bateaux, d’où les gens embraquent ou débarquent. C’est aussi un clin d’œil aux échafaudages qui me servent à réaliser mes collages », explique l’artiste.

>> A lire aussi : Lyon: La vidéo d’un artiste mettant en scène des poulets vivants en train de brûler fait polémique sur les réseaux

L'ouverture sur la Méditerranée.
L'ouverture sur la Méditerranée. - Adrien Max / 20 Minutes

Le voyageur est plongé dans une pénombre, qui s’estompe progressivement au fur et à mesure du cheminement des passerelles pour mener à une grande ouverture sur la mer Méditerranée. « On a essayé que l’installation soit le moins "Instagram friendly" pour qu’on pose son téléphone et qu’on profite du moment. Ce n’est pas la photo la plus importante, mais de recréer du lien entre les gens, et avec soi-même », souhaite JR. Pour cela toutes les ouvertures du lieu ont été bouchées, seule la fenêtre du bout « un chemin naturel guidé par la lumière », dévoile ce sublime paysage qui borde l’endroit.

Le voyage

La mer Méditerranée comme symbole de cet endroit chargé d’histoire. « C’est ici qu’arrivaient les bateaux transportant des millions de personnes qui débarquaient justement sur ces passerelles », explique JR. Ce thème du voyage et de la migration est d’ailleurs récurrent chez lui. Comme en témoigne son projet à Ellis Island, porte d’entrée des migrants aux USA, qui est présenté sous forme de documentaire à l’entrée de l’exposition.

>> A lire aussi : Gad Elmaleh sur Netflix: Que pensent les Américains d'«American Dream», son stand up en anglais?

Les passerelles sur lesquelles les visiteurs voyagent.
Les passerelles sur lesquelles les visiteurs voyagent. - Adrien Max / 20 Minutes

« L’exposition commence par quelque chose de très personnel puis on est de plus en plus ramené au contexte », témoigne-t-il. Mais ce voyage, JR préfère que chacun le vive. « Je donne le moins d’infos possible pour laisser les gens mais je me demande toujours ce qu’ils en pensent », confie JR. Quoi qu’ils en pensent, eux aussi devront accepter leur destin donc autant l’aimer.