NTM au festival des Francofolies à La Rochelle, en 1996.
NTM au festival des Francofolies à La Rochelle, en 1996. — ROUSSIER/SIPA

POPOPOPOP

VIDEO. Pourquoi NTM, 20 ans après, c'est toujours «d'la bombe, baby!»

Trente ans après leur formation, et vingt ans après l'album «Suprême NTM», Joey Starr et Kool Shen remontent sur scène.

  • Le groupe NTM s’est reformé le temps de trois concerts à l’AccorHotels Arena, les 8, 9 et 10 mars 2018.
  • Avant d’être des rappeurs, Joey Starr et Kool Shen faisaient partie d’un «crew» de graffeurs, les « 93 NTM ».
  • Depuis la séparation du groupe en 1998, les deux membres de NTM ont chacun tracé leur route.

Il semble bien loin le temps où NTM scandait sur scène « police, machine matrice d’écervelés, mandatée par la justice, sur laquelle je pisse ». Et pourtant, antisystème, anti-FN, engagés, Joey Starr et Kool Shen ont marqué (au moins) trois générations. Alors, à chaque dizaine, les ex-graffeurs/rappeurs remontent sur scène. Parce que leur « qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu » résonne encore dans les banlieues. Toujours d’actualité, leurs textes « visent juste ». Voilà pourquoi, trente ans plus tard, NTM reste incontournable.

>> A lire aussi : «C’est nous l’âge d’or du rap français»: JoeyStarr et Kool Shen sortent la boîte à clash

  • Ils étaient les premiers

D’abord graffeurs, danseurs, puis rappeurs, Joey Starr et Kool Shen ont réinventé le rap, en France. Ceux qui se faisaient appeler, à leurs débuts, le « 93 NTM », sont les premiers à avoir ramené des États-Unis le mouvement hip-hop, très largement inspiré des MC comme Public Enemy ou le Wu-Tang Clan.

  • Ils viennent d’un milieu populaire

Originaires de Seine-Saint-Denis, en banlieue parisienne, ils ont prouvé, en brillant sur scène, que tout était possible. Ils ont aussi ouvert la voie à Arsenik, Sniper, la Fonky Family et  Busta Flex. Entre autres… Alors, qu’est-ce qu’on dit ?

  • Ils sont sans filtres

« L’important, c’est pas ce qu’on est. C’est ce qu’on fait ! » dixit Joey Starr. Certes. N’empêche que leur franc-parler a, parfois, choqué. Et leur a, souvent, coûté. Après un concert mouvementé, le 14 juillet 1996, dans le Var, les membres de NTM sont condamnés à six mois de prison, dont trois ferme, pour avoir traité des policiers de fascistes.

  • Ils sont militants

Anti-FN et antisystème, ils dénoncent, dans leurs chansons et sur les plateaux télé, les abus, la misère et la violence. Victime de stigmatisations, catalogués « banlieusards », ils tentent, à travers leur art, d’alerter leurs aînés, et de prévenir leurs cadets. A base de « pose ton gun » et de « laisse pas traîner ton fils ». Efficace.

  • Ils ont du talent

Ils sont les troisièmes plus gros vendeurs d’albums de rap en France (derrière IAM et MC Solaar) avec plus d’1,91 million de disques vendus. Mais ils cartonnent aussi sans micro. Joey Starr a décroché une nomination aux César et le prix Patrick-Dewaere pour son rôle dans le film Polisse.  Kool Shen est, quant à lui, devenu l’un des meilleurs joueurs de poker français. Sponsorisé par de grandes marques, il a même remporté deux gros tournois en 2012.

« Et ouais », ils sont « encore là, et tout le monde est corda ».