Avec son école d'intelligence artificielle, Microsoft a bien l’intention de faire de l’ombre à l’école 42

FORMATION Microsoft a inauguré l’école d’intelligence artificielle mardi sur son campus à Issy-les-Moulineaux…

Laure Beaudonnet

— 

L'école IA de Microsoft a été inaugurée le 6 mars 2018.
L'école IA de Microsoft a été inaugurée le 6 mars 2018. — GERARD JULIEN / AFP
  • Microsoft a ouvert la première école IA en partenariat avec Simplon.
  • La formation dure de sept mois et aboutit à 12 mois de contrat de professionnalisation au sein des entreprises partenaires de Microsoft.
  • Quatre certifications sont remises à l’issue de la formation.

Microsoft parie sur l’intelligence artificielle et imagine un futur bien différent de celui décrit par Laurent Alexandre dans son livre la Guerre des intelligences. En octobre dernier, le spécialiste des nouvelles technologies attaquait le système éducatif français et expliquait que les progrès de l’IA auraient toutes les chances de creuser les inégalités sociales. Selon cette thèse, seules les personnes très intelligentes, avec un bagage de connaissances solides, trouveraient du boulot dans un monde du travail envahi par les algorithmes. Le géant informatique américain ne partage clairement pas ce point de vue.

>> A lire aussi : «Dans le futur, seuls les gens très intelligents et très doués trouveront du travail», explique Laurent Alexandre

Au contraire, il apporte une réponse concrète à l’explosion de l’intelligence artificielle en ouvrant une école IA sur son campus à Issy-les-Moulineaux, en partenariat avec Simplon, entreprise sociale et solidaire de formation au numérique. A l’heure de l’inauguration de cette école mardi, Microsoft n’a qu’un seul mot à la bouche : « égalité des chances ».

Un public éloigné de l’emploi et de la formation

Pour la firme de Redmond, il n’y a pas de raison que l’intelligence artificielle soit réservée à une élite. « C’est l’une des premières écoles IA dans le cadre des grandes écoles de la seconde chance puisqu’elle va accueillir des profils variés et s’adresse à un public relativement éloigné de l’emploi et de la formation », explique Corinne Caillaud, directrice des affaires publiques et juridiques chez Microsoft.

Et le premier cru d’élèves illustre bien cette volonté d’ouverture. La promotion « pilote » est composée de 24 apprentis -de 19 à 39 ans- qui viennent de tous horizons : décrocheurs, chômeurs, en reconversion professionnelle… Microsoft veut « démocratiser l’accès à l’intelligence artificielle » et faire en sorte que cette technologie « amène à plus d’opportunités pour toutes les personnes, pas seulement à une petite niche d’élus », a affirmé à l’AFP Carlos Purassanta, le patron du géant de l’informatique.

>> A lire aussi : Robots-tueurs, chômage de masse... L'intelligence artificielle vous fait peur? Mounir Mahjoubi veut instaurer «la confiance»

Dépasser l’école 42 ? Pourquoi pas

Pour sélectionner ses premiers élèves, Microsoft a été aidé de Simplon, de la Grande école du numérique et même de Pôle emploi. Les candidats ont notamment été testés sur leurs connaissances en informatique appliquée. « La formation s’adresse à des développeurs niveau junior, maîtrisant un premier langage de programmation. Ils doivent savoir ce qu’est une donnée, mais on a aussi cherché des profils qui montraient des compétences en créativité, en collaboration, capables de travailler en groupe sur des projets… », poursuit Corinne Caillaud qui espère attirer plus de monde dans le futur.

Les algorithmes sont partout, elles s’immiscent à tous les niveaux de notre société et, avec cette école, l’idée est de répondre à la pénurie des artisans en intelligence artificielle, leur donner les outils pour leur permettre de manipuler la donnée et d’interagir avec les data-scientists, les data-analystes, les chercheurs… A la fin du cursus, les étudiants auront quatre certifications en poche : trois certifications professionnelles métiers (Data et IA) reconnu par le ministère du Travail, une certification Microsoft en Machine Learning.

Le géant du Web voit les choses en grand. « Est-ce qu’on a l’ambition de dépasser l’école 42 avec nos valeurs ? Oui », admet sans détour Corinne Caillaud. The sky is the limit.