«On a chopé la puberté», le bouquin sur les pré-ados qui donne des boutons

SEXISME Après la sortie d’un livre destiné aux pré-ados aux éditions Milan, de nombreuses critiques ont déferlé sur les réseaux sociaux pour dénoncer son « discours sexiste »…

Beatrice Colin

— 

Le livre "On a chopé la puberté" est sorti aux éditions Milan
Le livre "On a chopé la puberté" est sorti aux éditions Milan — Editions Milan
  • La sortie du livre « On a chopé la puberté », destiné aux pré-ados, est vivement critiqué sur les réseaux sociaux depuis 24 heures pour les images sexistes qu’il véhicule.
  • Une pétition demandant son retrait a enregistré plus de 41.000 signatures en à peine quelques heures.

« Grâce à tes seins en plein développement, tu as enfin attiré l’attention du bel Ethan dont tu es secrètement amoureuse depuis la maternelle. » Ou encore : « Grâce à tes nouvelles formes plus arrondies, tu convaincs ta mère de renouveler totalement ta garde-robe et d’aller faire du shopping dans des boutiques de grande. Au passage, tu lui piques ses plus jolis vêtements : elle ne dirait pas non à sa fille chérie quand même. »

Le ton est décalé, mais sur les réseaux sociaux le livre des éditions Milan, On a chopé la puberté, est loin de faire rire tout le monde.

« Discours sexiste et dégradant »

Pour de nombreuses personnes, cet opus de la collection « Les Pipelettes » véhicule surtout des images très sexistes.

Au point que certaines d’entre elles ont décidé de lancer une pétition sur change.org pour demander le retrait de ce «livre sexiste et dégradant».

Une pétition qui en quelques heures a réuni plus de 41.000 signatures et reçu le soutien d'Osez le féminisme.

L’association critique de manière cinglante le livre qu’elle trouve « Choquant ! Discours sexiste et dégradant pour ces enfants, réduites à n’être qu’un corps sexualisé à la disposition du désir masculin. Quelle estime d’elles-mêmes peuvent-elles construire en lisant ces inepties misogynes ? », indique Osez le féminisme sur sa page Facebook.

« Destiné à dédramatiser » selon l’éditeur

Face au déferlement de critiques, les éditions Milan ont décidé de répondre sur leur blog en indiquant que cet ouvrage « documentaire au ton volontairement décalé et humoristique » est « destiné à dédramatiser une période souvent difficile à vivre à l’adolescence ».

« Le livre rejette tout ce qui empêche les filles de grandir sereinement, dans le respect de leur identité et de leur corps. Cacher leurs questionnements, leurs angoisses – voire les juger en estimant que certaines de leurs préoccupations sont superficielles, futiles ou d’un autre temps – nous paraît être à l’opposé de l’accompagnement nécessaire », justifie l’éditeur toulousain rappelant qu’il est « engagé aux côtés des filles et des garçons, pour les accompagner dans leur découverte du monde, sans dogmes ni prédicats. »

Pour l’une des auteures de l’ouvrage, « le mécanisme des stéréotypes étant un processus insidieux, il se peut que des filles aient – et on peut le déplorer – déjà intériorisé certains stéréotypes, par exemple la nécessité qu’il y aurait pour une fille de
soigner son apparence, d’être séduisante. Pour autant, il faut entendre et
répondre à ces questions tout en essayant de "désamorcer" les clichés ».

Et pour justifier la phrase pointée du doigt sur les seins, elle estime qu’une « fille qui demande "comment mettre mes seins en valeur sans trop attirer les regards" a le droit qu’on lui réponde. Ce qui serait moyenâgeux pour le coup ce serait de lui dire "cache tes seins, voyons !" Toutes les filles et les femmes ont le droit d’être fières de leurs seins, de les aimer, de s’aimer »,