Timothée Chalamet, la nouvelle coqueluche de Hollywood, n'oublie pas son petit village du Chambon-sur-Lignon, ni l'ASSE

CINEMA Nouvelle étoile montante du cinéma américain, Timothée Chalamet a passé une grande partie de ses étés en Haute-Loire. Le Chambon-sur-Lignon, village de ses grands-parents paternels, est fier de cette reconnaissance…

Caroline Girardon

— 

Timothée Chalamet, jeune étoile montante d'Hollywood n'a pas oublié ses racines en Haute-Loire et son petit village du Chambon-sur-Lignon.
Timothée Chalamet, jeune étoile montante d'Hollywood n'a pas oublié ses racines en Haute-Loire et son petit village du Chambon-sur-Lignon. — Vianney Le Caer/AP/SIPA
  • Timothée Chalamet, nominé dans la catégorie du meilleur acteur aux Oscars, n'oublie jamais d'évoquer ses origines françaises.
  • Le jeune homme a passé une grande partie de ses étés chez sa grand-mère en Haute-Loire.
  • Le petit village du Chambon-sur-Lignon dont il est originaire, accueille cette nouvelle notoriété avec émotion. 

Son français n’est « pas parfait », il le reconnaît volontiers. Mais Timothée Chalamet, nouvelle étoile montante du cinéma, nominé dans la catégorie du meilleur acteur pour les Oscars, avoue être « fier de ses origines ».

>> A lire aussi : VIDEO. Qui est Timothée Chalamet, l'acteur franco-américain nommé aux Oscars pour «Call me by your name»

Le jeune homme de 22 ans, né d’une mère américaine, danseuse à Broadway et d’un père français, n’a pas oublié ses racines et son petit village du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) d’où est originaire sa famille paternelle. Là où il venait passer « tous les étés chez (sa) grand-mère », là où il s’attablait le matin pour manger du pain, du Nutella et de la confiture. « Dans les petites villes européennes il y a une conscience différente du temps : On petit déjeune, on discute, on lit les journaux, on se prélasse au soleil », explique-t-il au Figaro, un brin nostalgique. Le Chambon… là encore où il tapait dans un ballon de foot, se rêvant d’un destin à la Zidane.

Grand supporteur de l’ASSE

« Je me suis rendu compte à 12-13 ans que je n’avais pas le talent ni le physique pour ce genre de carrière », confie la nouvelle coqueluche d’Hollywood, interrogé sur RTL. Qu’importe. Sa passion pour l’ASSE demeure intacte. « Je reste un grand supporter de Saint-Etienne et j’aimerais beaucoup retourner au Chaudron (stade) », lâche-t-il.

En attendant de pouvoir revenir encourager les Verts, le jeune acteur enchaîne les interviews pour la promotion de son dernier film Call me by your name . En faisant toujours référence avec tendresse à ses étés passés loin de New-York.

>> A lire aussi : Jennifer Lawrence a un gros crush pour Timothée Chalamet

« Nous sommes très heureux que sa notoriété rejaillisse sur le village et très émus qu’il se rappelle de ses racines. C’est touchant d’entendre qu’une personne promise à une grande reconnaissance aux Etats-Unis, évoque régulièrement son enfance ici », confie à 20 Minutes Eliane Wauquiez-Motte, la maire du Chambon. Si l’élue ne garde aucun souvenir du gamin arpentant les ruelles de la commune, elle a « bien connu » la grand-mère, décédée en 2010. « C’était une personnalité… une belle personnalité. Elle avait beaucoup de présence », confie-t-elle. Et d’ajouter. « C’était une femme simple comme les gens du village, une femme qui avait des valeurs ».

Un grand-père pasteur, une grand-mère, femme de valeur

Denise Vallat, adjointe en charge de la culture, avait-elle un profond respect pour le grand-père : Roger. « Il était pasteur à Saint-Etienne. Quand il est venu s’installer au Chambon, il a pris en charge L’accueil Fraternel ». Elle a côtoyé l’homme « dans ses fonctions » pour des « événements familiaux ». « Il était particulièrement chaleureux. C’était un homme de très grande valeur, très attachant et très apprécié de tous ».

« Faire partie de la famille d’un pasteur a du sens ici. Cela engendre beaucoup de respect », sourit Eliane Wauquiez, rappelant l’influence qu’ont eue ces hommes d’Eglise pendant la seconde guerre mondiale. Deux d’entre eux avaient appelé les gens du village à accueillir et cacher des juifs, majoritairement des enfants. Au moins 1.000 d’entre eux ont pu être sauvés. Un acte collectif de courage qui a valu à ses résidents d’être cités comme Justes, distinction réservée uniquement aux individus.

La famille retourne régulièrement au Chambon

Si les grands-parents ne sont aujourd’hui plus de ce monde, la famille a gardé la maison pour s’y « retrouver régulièrement ». « Le papa de Timothée était là pour Noël. Il vient très fréquemment. Il reste très attaché au Chambon », explique Denis Vallat. Comme Pauline, la sœur aînée. La jeune actrice, diplômée de la Fiorello H. LaGuardia High School of Music & Art and Performing Arts, s’est tournée vers le théâtre. Elle a récemment contacté la mairie du Chambon pour s’installer en résidence cet été. « Elle doit venir une dizaine de jours avec de jeunes comédiens pour préparer Sallinger, une pièce de Bernard-Marie Koltès. Elle sera d’ailleurs présentée chez nous le 31 août », ajoute l’élue.

En attendant, la petite commune rêve de pouvoir un jour faire venir Timothée. « ça serait merveilleux qu’il puisse rencontrer les habitants et leur parler de ses films », conclut la maire.