VIDEO. Lyon: Pomme, l'itinéraire d'une chanteuse universelle

MUSIQUE La chanteuse lyonnaise, Claire Pommet, 22 ans, revient sur son parcours musical qui l’emmène en tournée dans toute la France et à l’étranger…

Dylan Munoz

— 

Claire Pommet
Claire Pommet — Marta Bevacqua
  • Claire Pommet alias Pomme, est une jeune chanteuse lyonnaise.
  • Elle habite Paris et donne des concerts en France et à l’étranger.
  • Elle revient sur ce qui guide sa vie : la chanson.

A 22 ans à peine, Claire Pommet aka Pomme, se révèle sur la scène musicale française. Après des premières parties de concert prestigieuses comme Vianney, Angus & Julia Stone ou Asaf Avidan, la Lyonnaise originaire de Caluire s’exporte seule avec son talent. 20 Minutes l’a rencontrée.

Il est midi dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon. La caresse du froid fige les visages et rougie la peau des passants. Emmitouflée dans son écharpe, elle tente de se donner un peu de chaleur dans un hiver encore trop frais. La chanteuse, qui sort tout juste du train comme de l’adolescence, s’apprête à retrouver « sa chambre d’enfant » chez ses parents. Le temps d’un répit de trois jours après être allée chanter jusqu’en Estonie. L’occasion de revenir sur son parcours.

ok je joue solo ici ce soir

A post shared by Pomme 🌛 (@pommeofficial) on

Elle grandit à Lyon et veut mûrir à Paris

Elle commence par apprendre le solfège à l’âge de cinq ans et intègre à huit ans, en parallèle de l’école, la chorale « La cigale de Lyon, où elle apprend à chanter. « J’étais entourée d’enfants ultra-talentueux. On était 80. On partait en tournée à 50 ou 60 jusqu’en Chine ». Des professeurs qui lui apprendront « la polyphonie et la vie en collectivité ». Une véritable « école de la vie », avoue-t-elle. Une « sorte de colonie de vacances » qui se terminera à l’âge de 18 ans.

Ces yeux d’un clair perçant plongent dans les souvenirs d’une enfance baignée par la musique. « Tout s’est vite enchaîné quand j’y pense ». Son adolescence se partage alors entre sa passion musicale et l’école. « À 15 ans, je chantais dans les bars de Lyon en jouant de la guitare. Alors que j’en jouais très mal », s’amuse-t-elle. Avant de poursuivre : « J’avais un mail type que j’envoyais à tous les pubs pour présenter mon projet. J’y allais au culot ». Lui vient l’idée de poster ses vidéos sur YouTube et « dès que j’ai vu que ça pouvait le faire, j’ai foncé ».

Elle réédite le même scénario des e-mails, à Paris cette fois. Avant ses 18 ans, en 2013, elle fait sa première scène parisienne au Trois Baudets. La capitale sonne alors comme une évidence. Claire, qui se voyait « professeur d’anglais », tente le pari difficile d’allier études et chanson.

Des études et sa musique

Son agenda de lycéenne en main en guise de preuve, elle explique être arrivée jusqu’au baccalauréat malgré un emploi du temps surchargé. « Mon directeur était compréhensif. Je me faisais excuser quand je montais à Paris pour chanter. Parfois, je partais et je ne revenais pas pendant trois jours », explique-t-elle surprise d’elle-même.

Agenda de lycéenne de Pomme en décembre 2015
Agenda de lycéenne de Pomme en décembre 2015 - Claire Pommet

Avant de se consacrer uniquement à sa passion, Pomme tente une fac d’anglais à Lyon. Les journées sont courtes et l’étudiante déserte peu à peu les bancs de la fac. Elle décide d’en parler à ses parents. Elle veut s’installer durablement dans la capitale pour être plus performante en cours et sur sa musique.

« Je leur ai expliqué que je partais à Paris et que j’avais besoin d’eux. Ils m’ont tout payé pendant deux ans jusqu’à ce que ça marche pour moi. Ensuite, on a divisé tous les frais par deux ». Avant de préciser, « je pensais avoir plus de temps pour les études et la musique… ». Mais rien n’y fait. Elle a ce quelque chose dans les entrailles qui la transporte, la scène.

A post shared by Pomme 🌛 (@pommeofficial) on

La fatigue pointe le bout de son nez. « Le jour de l’examen je me suis trompée de salle. J’ai eu zéro. Je me souviens avoir été en larmes le jour des résultats ». Sa mère lui demande alors d’arrêter la faculté pour se consacrer uniquement à la sa passion. Aujourd’hui, poursuit-elle, « ils m’aident encore pour le loyer mais mon statut d’intermittent me permet d’avoir une rémunération, d’être assurée, et de me débrouiller pour toutes les autres dépenses ».

« Le moindre petit truc peut me foutre le moral au plus mal »

Tout dans sa vie n’est que passion, « je vis les choses en mille ». De fil en aiguille, Pomme signe avec le label musical Polydor en 2015. En janvier 2016, elle participe au festival Le Chantier des Francofolies. « Les artistes que j’ai rencontrés là-bas m’ont donné confiance ».

Des connaissances deviennent des amis, et la musique, sa nouvelle famille. L’auteur-compositeur-interprète canadien Pierre Lapointe lui revient en mémoire instinctivement. « Il m’a présenté à beaucoup de monde dans le milieu. C’est devenu quelqu’un de proche ».

L’artiste qui croyait particulièrement en elle et n’avait pas de problèmes de confiance en soi à ses débuts, s’est finalement rendue à l’évidence : je sais aussi que je peux être « fébrile. Le moindre petit truc peut me foutre le moral au plus mal ».

Des moments de bonheur aux déceptions

Les petites joies, les grands bonheurs, les frustrations et les déceptions s’enchaînent. « Tu es sur scène, tu as la lumière de la scène sur toi, mais c’est tellement éphémère. Tu as l’impression que rien ne s’est passé ». Pomme regrette chaque fin de concert et son retour dans son appartement parisien. « Tu joues devant une salle pleine avec des gens qui chantent tes musiques, qui les connaissent par cœur, puis le soir, tu rentres chez toi ».

Le temps d’un bonheur fugace, Claire attendait avec impatience la sortie de son premier album À Peu Près, en octobre 2017. « J’étais tellement fière ». Mais le peu de couverture médiatique a rendu ce jour particulier peut-être un peu trop banal. « Un jour comme un autre », confie-t-elle.

Elle se livre : « Je suis incapable d’écrire quand je suis heureuse. J’ai écrit une musique sur ce que j’ai ressenti quand je marchais au milieu des séquoias. J’ai besoin de ressentir ». Ses mélodies autour de l’amour et de la mort, qui « (l)’angoisse », en attestent. « Je me rends compte que je vis dans un monde de Bisounours ».

Un deuxième EP en préparation

Celle qui est tombée amoureuse du Québec, se nourrit de projets. « Je suis en train d’écrire mon deuxième EP que je réalise intégralement ». Encore un défi, avec cette fois-ci, un soupçon d’expérience et de maturité supplémentaires.

Pomme et la chanson sont l’un à l’autre. Le mélange subtil entre passion et tendresse. Quelque chose de vibrant, de doux et de sensible.

 

Pomme se produit à St Martin D’Hères (38) ce mercredi soir en compagnie de Ben Mazue. Elle viendra en concert à Lyon, à Corbas, le 23 mai prochain.