Eurovision 2018: Christabelle veut briser les tabous pour Malte

LA FICHE CHANSON Gros plan sur la candidature maltaise à l'Eurovision qui se déroulera en mai prochain à Lisbonne...

Fabien Randanne
— 
Christabelle, représentante de Malte à l'Eurovision 2018.
Christabelle, représentante de Malte à l'Eurovision 2018. — Capture d'écran YouTube

C’est qui ? Christabelle Borg a 26 ans. Elle participait pour la quatrième fois au concours national désignant le représentant de Malte à l’ Eurovision. Elle avait fini deuxième en 2015, d’ailleurs…

Le refrain de sa chanson Taboo : « Baissons la garde, il est temps de briser le tabou avant qu’on devienne tous des animaux, des animaux. Ça résonne dans ma tête, je dois briser le tabou. Non, nous ne serons jamais des criminels, des criminels. »

Malte participera à la deuxième demi-finale, celle du 10 mai, diffusée sur France 4 et au cours de laquelle les téléspectateurs français auront la possibilité de voter pour leur(s) candidat(s) préféré(s). Si Christabelle se qualifie, elle participera donc à la finale du 12 mai.

Ce qu’il faut savoir : Taboo est une chanson sur les troubles mentaux. Comme elle la expliqué au site Eurovision-fr.net, Christabelle veut « éveiller les consciences » : « Nous devrions être ouverts à la discussion et l’aide qui existe, plutôt que de juger ceux qui en souffrent. Il faut changer la façon dont nous en parlons, et encourager ceux qui ont besoin d’aide à le dire ; mais c’est uniquement en y travaillant ensemble que nous briserons le tabou. »

Le fan dit : « J’adore cette scénographie sombre ! Bonne chance Malte » (commentaire YouTube)

Le hater dit : « Sérieusement, Malte ? Une chanson datée, une mauvaise chanteuse et une mise en scène sans originalité. Bonne chance ! » (commentaire YouTube)

20 Minutes dit : Allez, pas de tabou entre nous : on n’imagine pas vraiment un destin de finaliste pour cette chanson qui aurait été une sérieuse candidate à la victoire… il y a une quinzaine d’années. Comme en 2002, par exemple, où la Lettonie s’était imposée un peu par défaut grâce à un numéro de son Arturo Brachetti local. La mise en scène brouillonne qui ressemble à une séance de magie noire avec sacrifices de vierges en option (oui, on surinterprète) n’aide pas…